Secteur public: voici les nouvelles offres du gouvernement!

Les centrales syndicales commenteront ces offres mais avant,... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Les centrales syndicales commenteront ces offres mais avant, tôt vendredi matin, une manifestation doit se tenir devant l'hôtel où le président du Conseil du trésor Martin Coiteux doit prendre la parole.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gouvernement modifie ses offres aux quelque 500 000 salariés des secteurs public et parapublic. Selon le document présenté ce matin par le Conseil du trésor aux syndicats, Québec offre désormais 0% d'augmentation la première année, 1% la deuxième, 1% la troisième, 1% la quatrième et 0% la cinquième.

Autrement dit, le gel prévu l'année 2 des prochaines conventions collectives est reporté à l'année 5, lors de laquelle les effets de l'exercice de «relativité salariale» se feront toutefois sentir, indique le Conseil du trésor.

En 2019-2020, la hausse due à la relativité salariale s'élèvera à 2,3% pour une large majorité de syndiqués. Au total, la hausse au terme des cinq années des prochains contrats de travail serait donc de 5,3%.

1,7 milliard $ de plus

Le Conseil du trésor calcule qu'il ajoute 1,7 milliard $ de plus avec cette nouvelle proposition globale par rapport à la précédente. «Le gouvernement a toujours dit que cet exercice de relativité salariale ne se ferait pas à coût nul, rappelle le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux. À l'issue des travaux, il est aujourd'hui en mesure de confirmer que cela représente 2,3% d'augmentation de la rémunération, une opération qui rejoint plus de 465 000 employés.»

Les organisations syndicales réclament 4,5% d'augmentation par an pendant trois ans.

Sur le régime de retraite, le Conseil du trésor joue la carte de la modulation. L'âge normal pour prendre sa retraite passerait à 61 ans le 1er juillet 2017 et à 62 ans le 1er juillet 2019, selon sa proposition. La cible de 62 ans était programmée pour 2017 dans les premières offres du gouvernement Couillard.

La pénalité applicable pour une prise de retraite anticipée passera de 4% à 7,2% par année, comme il était prévu. Québec met toutefois de côté son idée de faire en sorte que la rente des syndiqués soit calculée selon la moyenne du salaire de leurs huit meilleures années de travail plutôt que des cinq.

Les syndiqués des secteurs public et parapublic de la Côte-Nord pourront conserver leur prime salariale de 8% jusqu'au 31 mars 2020.

«Relativité salariale»

Le document consulté par Le Soleil propose la poursuite des travaux sur la «relativité salariale». Le ministre Martin Coiteux a expliqué ces jours derniers que l'exercice de relativité salariale vise à corriger des «problèmes d'équité entre différentes catégories d'emploi»; à revoir «la structure de rémunération» de certains groupes d'employés.

Il passe par un énorme remodelage des échelles de salaire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer