Lise Thériault en congé de maladie

Lise Thériault avait été envahie par l'émotion la... (Achives La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Lise Thériault avait été envahie par l'émotion la semaine dernière alors qu'elle annonçait la tenue d'une enquête visant à faire la lumière sur des soupçons d'agressions de policiers à l'endroit de femmes autochtones.

Achives La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Plongée dans la controverse depuis quelques jours, la ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre, Lise Thériault, se retire temporairement de ses fonctions «pour des raisons de santé».

En mission à Chicago, le premier ministre Philippe Couillard a refusé de faire un lien entre ce départ temporaire et la gestion de Mme Thériault dans le dossier des allégations qui concernent des policiers de la SQ à Val-d'Or.

«Je dirais ni oui, ni non. Peut-être, mais ce n'est pas à moi de le dire, ça lui appartient à elle, uniquement.» M. Couillard a affirmé que des raisons médicales ont mené Mme Thériault à quitter ses fonctions temporairement. «Elle nous a dit qu'elle devait consulter et requérir des soins et bien sûr qu'elle devait prendre un temps de repos, a-t-il dit. [La durée est] indéterminée pour l'instant.»

Un communiqué publié en après-midi, jeudi, a annoncé que le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, allait assumer les fonctions ministérielles de sa collègue pendant son absence.

Mme Thériault n'occupait pas son siège en chambre, jeudi avant-midi. Son collègue Jean-Marc Fournier a répondu aux questions qui lui auraient été destinées en temps normal.

Le bruit a circulé pendant la journée qu'elle était atteinte d'une gastroentérite. Mais son cabinet a refusé de commenter cette information, et la nécessité de transférer ses responsabilités laisse croire à davantage qu'un virus.

Vendredi dernier, la ministre Thériault a fondu en larmes lors de son premier point de presse sur le dossier d'abus physiques et sexuels par des policiers de la Sûreté du Québec sur des femmes autochtones, à Val-d'Or. Depuis, le Parti québécois a réclamé sa démission en l'accusant d'avoir attendu un reportage télévisé avant d'agir.

La tête de la ministre de la Sécurité publique a aussi été demandée par l'opposition après l'évasion en hélicoptère de trois détenus, l'été dernier. Avec La Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer