Stephen Ortego, l'élu franco venu du Sud

Jeune élu démocrate à la Chambre des représentants...

Agrandir

Jeune élu démocrate à la Chambre des représentants de la Louisiane, Stephen Ortego prendra part au Rendez-vous de fondation du Réseau des villes francophones et francophiles, qui se tiendra à Québec de jeudi à samedi.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour Stephen Ortego, donner le droit à des parents de la Louisiane d'inscrire leurs enfants à l'école d'immersion française permet de préserver un héritage, tout en s'ouvrant sur le monde. Ce n'est pas pour rien que, quelque part entre tradition et modernité, ce jeune élu démocrate à la Chambre des représentants de la Louisiane est particulièrement fier d'avoir fait adopter une loi pour valoriser le français dans cet État du sud des États-Unis.

«En plus, les résultats scolaires des élèves en immersion sont meilleurs. Ce qu'on veut est de créer de nouveaux leaders bilingues», lance Stephen Ortego, 31 ans, en entrevue au Soleil, qui l'a joint en Louisiane mardi.

Le lendemain, il s'envolait pour Québec où il participera avec 325 élus et représentants d'organismes québécois, canadiens ou américains au Rendez-vous de fondation du Réseau des villes francophones et francophiles qui se tient de jeudi à samedi. 

Lancée à l'initiative du maire de Québec, Régis Labeaume, et du Centre de la francophonie des Amériques, cette rencontre jettera les bases de ce nouveau réseau visant à mettre en valeur les attraits touristiques et culturels des villes d'Amérique marquées par la présence francophone.

Élu de la paroisse de Carencro, près de Lafayette, Stephen Ortego s'emballe lorsqu'il est question du fait français en Louisiane. Élevé dans un environnement en partie francophone, le jeune politicien ne parlait toutefois pas assez couramment la langue de Molière à son goût. «À 18 ans, j'ai décidé que je voulais parler français avec mes grands-parents», lance-t-il. Celui qui est aussi architecte spécialisé en constructions écologiques a donc pris le chemin de l'Université Sainte-Anne, en Nouvelle-Écosse, relate-t-il dans un excellent français.

De retour en Louisiane, il tente sa chance à la Chambre des représentants où il est élu en 2011, à 26 ans seulement.

Son principal fait d'armes est sans contredit l'accès à des classes d'immersion pour les jeunes de la région de Lafayette, une loi adoptée en 2013. «La loi dit que dans les paroisses civiles où il n'y a pas de programme d'immersion, les commissions scolaires sont obligées d'en créer un dès que 25 parents le demandent», explique-t-il.

Et le résultat est convaincant. «Il y a 6000 élèves en immersion et on a une liste d'attente de 600 jeunes», poursuit Stephen Ortego. 

«La plupart des parents viennent de familles francophones, mais où le français a sauté une génération, la leur. Ils ont le sentiment que quelqu'un a volé leur langue», illustre-t-il. Ils souhaitent donc permettre à leurs enfants de reprendre contact avec leur héritage francophone.

«Ils comprennent aussi que dans l'économie mondiale, les meilleurs sont ceux qui parlent plusieurs langues», avance le jeune député, fier de cette loi.

Affichage bilingue

Au moment de l'entrevue, Stephen Ortego venait toutefois d'apprendre une mauvaise nouvelle : il a été défait aux élections qui avaient lieu en fin de semaine. Par 200 votes seulement. Mais qu'à cela ne tienne, il est député jusqu'en janvier, il est loin de fermer la porte à la vie politique et pas question de compromettre son passage à Québec où il participera vendredi à l'atelier Pourquoi s'afficher en français? qui se tiendra au Concorde.

Car l'affichage est un autre combat mené pendant son mandat. Lors d'échanges qui, pour marquer le coup, se déroulaient parfois en français à la Chambre des représentants, il a aussi plaidé en faveur d'une loi grâce à laquelle les panneaux routiers peuvent être bilingues. «Elle est par contre difficile à appliquer. Ce n'est pas toujours facile avec le département des transports. Je vais en parler lors du panel», a dit celui qui salue l'initiative d'un Réseau des villes francophones et francophiles d'Amérique.

Il viendra partager son expérience avec les maires et les députés de plus de 80 villes du Québec, du reste du Canada et des États-Unis. Stephen Ortego en profitera aussi pour tisser des liens ou revoir des représentants de villes avec qui la Louisiane a déjà des partenariats. Les villes de Lafayette et Moncton, par exemple, sont jumelées, dit-il. Tout ça dans un regroupement qui vise à rejoindre quelque 11 millions de francophones ou francophiles aux États-Unis. Et où un seul député peut parfois faire une différence.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer