Élections partielles au provincial: du «cynisme», estime l'opposition

François Legault, chef de la Coalition avenir Québec (CAQ).... (Graham Hughes, archives PC)

Agrandir

François Legault, chef de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Graham Hughes, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

(Québec) La décision de Philippe Couillard de déclencher quatre élections complémentaires en pleine campagne fédérale transpire le «cynisme», dénonce les partis d'opposition.

Le premier ministre a confirmé mercredi le déclenchement des élections en vue d'un vote le 9 novembre. Les campagnes provinciales chevaucheront donc pendant une douzaine de jours l'élection fédérale, dont le dénouement sera connu le 19 octobre.

Même si la rumeur circulait, la période choisie par le chef libéral a quand même surpris ses adversaires politiques. «Effectivement, a reconnu le chef péquiste Pierre Karl Péladeau, nous n'attendions pas cette cynique réponse de la part du premier ministre. [...] Nous y travaillions antérieurement, c'est certain qu'on va devoir accélérer.»

Le chef des troupes péquistes juge «absolument inapproprié» le moment choisi. «On va assister à une espèce de forêt de pancartes» électorales, fait-il valoir, alors que les nouvelles affiches devront se dénicher une place sur les poteaux les plus en vue.

Dans les rangs libéraux, certains se frottent les mains à l'idée que certains péquistes, déjà en renfort au Bloc québécois, devront partager leur énergie avec son «frère siamois».

François Legault furieux

Le chef caquiste François Legault semble carrément furieux. À son avis, la manoeuvre de Philippe Couillard atteint un niveau de cynisme jamais égalé par les précédents chefs libéraux. «Il veut mêler les Québécois, estime M. Legault. Il sait que plus ils vont être mêlés, plus ça va l'avantager.» Si elle présentera ses candidats la semaine prochaine, la CAQ n'entend pas faire campagne avant la fin de l'élection fédérale, par «respect»pour les citoyens.

«Voyons donc! Comment peut-on avoir de la place dans les médias dans les deux prochaines semaines pour parler des enjeux au provincial alors qu'on est à la conclusion des élections fédérales? demande le chef caquiste. Plutôt que de penser aux intérêts des citoyens, M. Couillard pense aux intérêts des petits amis du PLQ.»

Malgré le défi organisationnel, la CAQ maintient la tenue de son conseil général, les 7 et 8 novembre, au cours duquel M. Legault doit préciser la position constitutionnelle de son parti.

Le chef libéral défend sa décision. Il soutient qu'il souhaite «absolument» faire un rassemblement des forces libérales lors du conseil général du parti, les 14 et 15 novembre. M. Couillard tient à ce que les candidats qu'il souhaite voir élus soient présents. «C'est très paternaliste envers les Québécois de dire qu'ils vont être mêlés, affirme-t-il. Franchement, certains ont toujours tendance à diminuer leur perception de l'intelligence de la population et des électeurs. Je pense que les gens sont tout à fait capables de faire la part des choses.»

L'explication fournie fait sourciller la co-porte-parole de Québec solidaire, Françoise David. «J'ai rarement vu une raison aussi partisane, dit-elle. Je trouve que ça ne fait pas du tout honneur au gouvernement.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer