L'Assemblée nationale dénonce l'agression de Saint-Tite

Le texte a été présenté conjointement par le... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Le texte a été présenté conjointement par le député péquiste de Chicoutimi, Stéphane Bédard, la représentante de Sainte-Marie-Saint-Jacques, la solidaire Manon Massé (photo), ainsi que le caquiste de Borduas, Simon Jolin-Barrette.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le battage autour de la mésaventure de Mathieu Grégoire, le jeune homme gai qui aurait été victime d'une attaque homophobe au Festival western de Saint-Tite, prend encore de l'ampleur. Au tour de l'Assemblée nationale de sauter dans la mêlée; les élus ont adopté à l'unanimité une motion d'appui.

Le débat a été expéditif, mercredi, au parlement. Le texte a été présenté conjointement par le député péquiste de Chicoutimi, Stéphane Bédard, la représentante de Sainte-Marie-Saint-Jacques, la solidaire Manon Massé, ainsi que le caquiste de Borduas, Simon Jolin-Barrette. Quelques minutes plus tard, tous les partis se sont prononcés en faveur.

Alors, les élus s'entendent sur ceci : «Que l'Assemblée nationale dénonce l'agression perpétrée contre un jeune homosexuel au Festival western de Saint-Tite. Que l'Assemblée nationale rappelle l'importance de lutter contre l'homophobie, la transphobie et contre tous les stéréotypes sexuels présents dans notre société.»

Stéphane Bédard d'ajouter : «Je pense, c'est important pour nous, dans une première étape, de témoigner de notre soutien à ce jeune, Mathieu Grégoire, pour le courage qu'il a affiché lors de ces événements et, en même temps, par la suite, où il a décidé de dénoncer.»

«C'est essentiel que comme parlementaires on réagisse lorsque l'inacceptable arrive», a également commenté Manon Massé. «Et on ne le fait pas seulement le 17 mai de chaque année, parce que c'est convenu qu'on le fasse à la Journée internationale de lutte à l'homophobie et à la transphobie. Mais on le fait aussi quand ça arrive.»

«La discrimination basée sur l'orientation sexuelle est interdite comme motif de discrimination à l'article 10 de la Charte québécoise des droits et libertés», a rappelé, quant à lui, M. Jolin-Barrette. «Donc, c'est important que, tous ensemble, nous continuions la lutte et nous nous assurions de faire de l'éducation et qu'à l'intérieur de la société québécoise des comportements tels que celui qui s'est produit lors du dernier Festival de Saint-Tite ne se reproduisent plus...»

«Inacceptables»

La ministre de la Justice libérale Stéphanie Vallée a clos le «débat» en confirmant l'unanimité des députés sur cette question. «On a le devoir en tant qu'alliés de dénoncer les comportements inacceptables envers les membres de la communauté LGBT. La différence ne peut pas justifier des gestes violents comme ceux qui sont subis par bon nombre d'entre eux et trop souvent dans l'anonymat le plus total.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer