Compressions budgétaires: «difficile», admet Couillard

Bien que les compressions actuelles puissent avoir des... (La Presse Canadienne, Francis Vachon)

Agrandir

Bien que les compressions actuelles puissent avoir des impacts sur elles, «la plus grande menace qui guette les personnes vulnérables, c'est que le Québec continue à s'enfoncer dans le déficit, la dette», soutient le premier ministre.

La Presse Canadienne, Francis Vachon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Philippe Couillard défend bec et ongles les compressions, tout en reconnaissant qu'elles peuvent avoir des impacts sur les plus vulnérables. Voilà pourquoi, dit-il, «on a donné instruction aux organismes publics de tout faire pour protéger les services, particulièrement aux personnes les plus vulnérables».

«C'est difficile, a-t-il admis. L'année actuelle est rigoureuse. On a besoin de la passer pour arriver dans de meilleurs sentiers.»

Le chef du Parti québécois venait d'interpeller le premier ministre du Québec au sujet de la situation d'un jeune garçon de 10 ans, Benjamin, souffrant d'autisme et de déficience intellectuelle.

«Benjamin a été expulsé de son école spécialisée sous prétexte qu'il constituait un cas lourd et que l'école ne disposait pas des ressources nécessaires pour s'en occuper», a relaté Pierre Karl Péladeau. La mère du jeune enfant était présente à l'Assemblée nationale, mardi. «Elle aurait pu être accompagnée de dizaines et de dizaines de papas et de mamans», a précisé le péquiste.

M. Péladeau a aussi cité la Protectrice du citoyen qui, jeudi dernier, a soutenu que le cumul des compressions crée de plus en plus de difficultés chez de plus en plus de citoyens.

«Les efforts de redressement budgétaire sont importants justement pour protéger les services à la population», a justifié Philippe Couillard.

Il soutient que «la plus grande menace qui guette les personnes vulnérables, c'est que le Québec continue à s'enfoncer dans le déficit, la dette». On «atteindrait» alors «profondément et pour longtemps nos services publics».

«Il faut garder le cap parce que ce sont justement ces personnes vulnérables qui doivent reconnaître dans le gouvernement leur allié, et je suis certain que ce cas [celui de Benjamin] va être pris en considération par mes collègues des ministères touchés.»

MESSAGE à la population

Le chef du gouvernement a tenu à faire passer un «message à la population» : «Des services publics et des services sociaux de solidarité bâtis sur la carte de crédit, la dette et les déficits, ça ne tient pas. Ce n'est pas un discours véritable, ce n'est pas un discours crédible. Des finances publiques saines, c'est le gage d'une société solidaire qui est capable de soutenir les plus faibles.»

À une question du caquiste François Legault sur les coupes en éducation, Philippe Couillard a insisté sur le fait que l'entreprise de rigueur budgétaire n'explique pas tout; que des organisations l'appliqueraient en prenant de mauvaises décisions.

«Ce qui est clair, c'est qu'elles ne font pas toutes les mêmes choix. Comment explique-t-il [M. Legault] qu'avec les mêmes budgets, le même ministre, le même encadrement, certains choix sont faits à un endroit et pas à l'autre?»

M. Couillard s'est par ailleurs hérissé lorsque Pierre Karl Péladeau a affirmé qu'il était «insensible». «Taxer les gens d'insensibilité parce qu'ils essaient de faire leur travail le mieux possible au service de l'ensemble des citoyens, je ne trouve pas que c'est très juste. Et je pense que personne ici n'a le monopole de la sensibilité et de la compassion ni de l'empathie.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer