• Le Soleil > 
  • Actualités > 
  • Politique 
  • > Fin des applaudissements à l'Assemblée nationale: un pas vers une vaste réforme, selon QS et la CAQ 

Fin des applaudissements à l'Assemblée nationale: un pas vers une vaste réforme, selon QS et la CAQ

François Legault et Amir Khadir voient la proposition du... (Infographie La Presse)

Agrandir

François Legault et Amir Khadir voient la proposition du péquiste François Gendron de bannir les applaudissements non pas comme une fin en soi, mais comme un vecteur pouvant être le prélude à une vaste réforme.

Infographie La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La période des questions et la vie parlementaire en général doivent changer, estiment le caquiste François Legault et le solidaire Amir Khadir. Tous deux voient la proposition du péquiste François Gendron de bannir les applaudissements non pas comme une fin en soi, mais comme un vecteur pouvant être le prélude à une vaste réforme.

À écouter bien des élus québécois ces temps-ci, on pourrait croire que des changements adviendront plus tôt que tard à la période des questions et dans la pratique parlementaire à l'Assemblée nationale du Québec.

«Il faut mieux encadrer la période des questions afin de pouvoir obtenir des réponses et il faut donner plus de pouvoirs au président» de l'institution, suggère le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault. «Pour ce qui est de ne pas applaudir... si tous les partis sont d'accord avec ça, ça peut être une bonne idée. Mais ça suppose que tous les partis soient d'accord avec ça», insiste-t-il. La CAQ milite en faveur d'une réforme parlementaire. Elle a déjà fait des propositions en ce sens.

La suggestion de François Gendron peut paraître «anodine», mais elle possède le potentiel qu'il faut pour déboucher sur quelque chose de plus costaud, pense le député de Québec solidaire, Amir Khadir.

La situation actuelle à l'Assemblée nationale est trop souvent «loufoque», constate-t-il. Il arrive trop souvent que des applaudissements ne visent qu'«à intimider l'adversaire». Il faut charpenter «la dignité de la fonction» de parlementaire.

Pour l'heure, «commençons par applaudir la proposition de François Gendron», lance M. Khadir.

Nombreuses propositions

En entrevue avec Le Soleil la semaine dernière, le député péquiste François Gendron avait estimé que les applaudissements fusant à tout bout de champ à la période des questions accroissent à outrance la partisanerie. «Les députés sont les seuls acteurs qui s'applaudissent tout le temps», se désolait-il.

Depuis, le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, a indiqué que la moitié de son caucus était probablement déjà favorable à cette idée.

Mercredi, c'est le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, qui a appuyé la proposition de son député de réserver les applaudissements à la période des questions à des moments exceptionnels ou lors d'hommages.

Chacun a d'autres idées à mettre sur la table. Le péquiste Stéphane Bédard voudrait que l'Assemblée nationale du Québec apprenne à se pencher sur les projets de loi présentés par les simples députés, comme c'est le cas à la Chambre des communes, à Ottawa.

Jean-Marc Fournier voudrait, lui, que le président de l'Assemblée nationale expulse les élus visés par un troisième rappel à l'ordre, tel que le prévoit l'article 42 de leur règlement, afin de ramener plus de discipline et de respect durant la période des questions.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer