Péladeau profite de la division entre fédéralistes et souverainistes

Pierre Karl Péladeau veut mettre l'accent sur l'économie.... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau veut mettre l'accent sur l'économie. Le chef du Parti québécois a annoncé qu'il entreprendrait «une tournée des décideurs économiques du Québec».

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Rimouski) La «polarisation du vote» entre fédéralistes et souverainistes donne l'occasion à Pierre Karl Péladeau de faire la promotion de l'indépendance, et de peut-être réduire l'espace occupé par la Coalition avenir Québec et Québec solidaire.

«Oui, il y a une polarisation et cette polarisation va faire en sorte que nous reparlions de l'indépendance du Québec, une chose que, tristement, nous n'avons pas suffisamment faite durant les années antérieures», a déclaré le chef du Parti québécois après deux jours de réunion de son aile parlementaire à Rimouski.

«Je pense que c'est clair, net et précis : il n'y a pas d'ambiguïté chez Pierre Karl Péladeau. Il est celui qui veut faire du Québec un pays», a-t-il dit.

Après ce caucus de deux jours, M. Péladeau a voulu mettre l'accent sur l'économie. Il a éludé certains sujets. Il a, par exemple, évité de dire s'il appuie ou pas les syndicats du secteur public engagés dans une série de négociations avec le Conseil du trésor, puisque ni lui ni son parti ne sont à la table de négociation.

Il a refusé de dire s'il appuierait un report du déficit zéro en cas de ralentissement marqué de l'économie, car ni lui ni son parti n'ont accès aux chiffres que possède le gouvernement, a-t-il expliqué.

«Tournée des décideurs»

Le chef du Parti québécois a annoncé qu'il entreprendrait «une tournée des décideurs économiques du Québec». Il entend rencontrer «les dirigeants institutionnels», ceux d'Hydro-Québec, d'Investissement Québec, de la Caisse de dépôt et placement et ceux des universités, les représentants des fonds de travailleurs, les chefs d'entreprise, ainsi que «plusieurs entrepreneurs créateurs de PME, nos meilleurs chercheurs et les gens du secteur de l'innovation».

«Si le premier ministre libéral Philippe Couillard refuse de les réunir, moi, je vais aller vers eux pour discuter de solutions.»

Le chef péquiste a pourfendu le régime d'austérité décrété par le gouvernement. Selon lui, «Philippe Couillard est enfermé dans la logique comptable et doctrinaire du président du Conseil du trésor, qui n'hésite pas à sacrifier le modèle québécois au nom d'un déficit imaginaire de 7 milliards $».

Son équipe calcule que les décisions prises par le gouvernement obligent une famille de deux enfants ayant un revenu de 90 000 $ à payer près de 1500 $ de plus par année.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer