PQ: moduler les attaques pour que les vrais problèmes soient entendus

Bernard Drainville a récupéré les démissions des libéraux Marguerite... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Bernard Drainville a récupéré les démissions des libéraux Marguerite Blais et Gilles Ouimet pour marteler une idée qu'il porte depuis longtemps, celle portant sur l'abolition des indemnités de départ pour les élus démissionnant sans raison valable.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Rimouski) Des députés du Parti québécois estiment que la dénonciation des politiques et des décisions du gouvernement de Philippe Couillard ne doit pas être le fer de lance des actions de leur formation.

Une façon pour eux d'exprimer l'idée que leur parti devrait davantage et de plus en plus être dans la sphère «des propositions à faire aux Québécois».

Leurs craintes seraient qu'à trop souvent crier au loup, les vrais problèmes devant être dénoncés ne soient pas suffisamment entendus par les citoyens en raison d'une lassitude qui pourrait s'installer.

Avant cette discussion tenue lors de la première de deux journées d'une réunion de l'aile parlementaire du Parti québécois, le député Bernard Drainville a récupéré les démissions des libéraux Marguerite Blais et Gilles Ouimet pour marteler une idée qu'il porte depuis longtemps, celle portant sur l'abolition des indemnités de départ pour les élus démissionnant sans raison valable. «Depuis le rendez-vous électoral d'avril 2014, au Québec, les seuls élus qui quittent en empochant une prime, ce sont des libéraux. Il attend quoi Philippe Couillard pour mettre fin aux primes des députés qui quittent avant la fin de leur mandat?»

«Le gouvernement libéral propose d'abolir les primes de nuit des infirmières, mais il refuse d'abolir les primes des députés qui partent en plein jour pendant leur mandat», a poursuivi M. Drainville sur sa lancée.

La députée Agnès Maltais accorde peu de crédit aux raisons personnelles invoquées par les deux démissionnaires.

«Mme Blais et M. Ouimet ont exprimé à haute voix leurs frustrations de ne pas être nommés ministres, dit-elle. Autre chose : si j'avais un C.V. comme celui de Gilles Ouimet, moi aussi je serais étonnée de voir Stéphanie Vallée comme ministre de la Justice, car elle n'est pas à la hauteur.»

 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer