Péladeau dénonce les coupes en éducation

Pierre Karl Péladeau (à gauche) a assisté à... (Collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau (à gauche) a assisté à une présentation donnée par le département d'architecture navale de l'Institut maritime du Québec à Rimouski. Il était accompagné des députés Sylvain Roy (au centre) et Martine Ouellet (à droite).

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Rimouski) la veille de son premier caucus à titre de chef du Parti québécois (PQ) et après avoir visité les principaux établissements d'enseignement de Rimouski, Pierre Karl Péladeau a vivement dénoncé, lundi, les coupes imposées à l'éducation par le gouvernement libéral.

Il a été reçu par les dirigeants et les représentants de l'Institut maritime du Québec, de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), de l'Institut des sciences de la mer (ISMER) et du Centre interdisciplinaire de développement en cartographie des océans (CIDCO). Il a ensuite rencontré la direction de la marina de Rimouski, où quelques députés de sa formation et le chef du Bloc québécois se sont joints à lui.

«Une fois de plus, nous avons constaté que l'austérité frappe, a déploré M. Péladeau. Il n'y a pas de pire impact, ici en région, que le désinvestissement dans l'éducation. C'est un vecteur économique essentiel d'une nation et du développement culturel. Lorsque nous frappons sur l'éducation, nous frappons également sur la recherche et l'innovation. Dans cette économie mondialisée, la seule façon de faire la différence, c'est d'investir dans l'éducation pour pouvoir procurer de l'innovation dans nos entreprises et nos produits. J'ose espérer que les impacts que nos institutions sont en train de subir ne seront pas indélébiles. C'est très triste.»

Selon lui, ces établissements situés dans la Technopole maritime du Québec ont développé un pôle d'excellence lié à la ressource halieutique que représente le fleuve. Fondé en 1944, l'Institut maritime du Québec est le seul établissement d'enseignement francophone du Canada lié aux métiers de la mer. «Ce pôle d'excellence existe déjà, a-t-il fait valoir. Il faudrait pas le diminuer! Il faudrait davantage lui permettre de s'épanouir et de rayonner sur la scène internationale. Mettons-le en valeur, plutôt que de le diminuer et de le dévaloriser.»

Le chef du PQ s'est montré très dur par rapport à la Stratégie maritime développée par le gouvernement libéral. «On parle beaucoup de Stratégie maritime et de Plan Nord, a-t-il rappelé. C'est de la récupération d'annonces qui ont été faites antérieurement! Encore faudrait-il que quelque chose accouche! Ce n'est qu'un concept qui a été élaboré par une firme de relations publiques. C'est la façon dont le gouvernement de Philippe Couillard évolue. C'est une absence de vision complète à laquelle font face actuellement les Québécois!»

Économie bleue... dans le rouge

Alors qu'elle accompagnait son chef, la députée de Vachon et porte-parole de l'opposition officielle en matière de transports, de stratégie maritime et d'électrification des transports, Martine Ouellet, en a ajouté. «Cette supposée  Stratégie maritime-là, c'est de la poudre aux yeux, a-t-elle lancé. Ici, au CIDCO, ce n'est que des coupures qu'ils ont subies. Ça met en péril leur survie. On parle d'économie bleue au Québec. Le Parti québécois est le premier à avoir mis en place une politique maritime dans les années 2000. Les libéraux sont en train de la mettre dans le rouge, cette économie bleue-là!»

Pierre Karl Péladeau a terminé sa journée par une rencontre du Comité régional des jeunes du Parti québécois du Bas-Saint-Laurent, accompagné de plusieurs de ses députés. Le chef a fait valoir l'importance de l'engagement des jeunes au sein de sa formation politique et pour la promotion de la cause souverainiste.

Mardi et mercredi, les élus du Parti québécois seront réunis en caucus à l'Hôtel Rimouski. «Le caucus, c'est un moment important qui va nous permettre de réfléchir, estime le chef. J'ai un certain nombre de suggestions à émettre à mes collègues, notamment et particulièrement sur l'action politique qui va se mener sur le terrain.»

Résultats du Bloc: attention aux conclusions

Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau a déclaré lundi qu'il ne faudra pas tirer de conclusion sur l'avenir de son parti à la lumière des résultats du Bloc québécois au prochain scrutin fédéral. M. Péladeau a multiplié les apparitions sur le parcours de la caravane du chef bloquiste Gilles Duceppe depuis le début de la campagne électorale, début août. Lors d'un point de presse en compagnie de quelques-uns de ses députés, M. Péladeau est demeuré toutefois prudent concernant les conclusions qu'il faudra tirer des résultats du Bloc après le vote du 19 octobre. «C'est tout à fait normal que nous nous engagions dans cette perspective, a-t-il dit aux journalistes. Nous allons continuer à le faire, comme je l'ai fait en ce qui concerne les partielles de Jean-Talon et Chauveau. Lorsque nous partageons cet objectif, nous devons travailler ensemble et il ne faut pas tirer de conclusions du résultat.»

Juste avant d'aller à un rassemblement militant organisé par des jeunes péquistes où M. Péladeau était également attendu, M. Duceppe, dont le parti ne compte plus que deux députés, a reconnu l'importance de la contribution du chef péquiste. «Pierre Karl fait énormément et je l'apprécie énormément», a-t-il dit. 

Avec La Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer