Révision de l'article 1 du PQ: pas avant un an

Le président du Parti québécois, Raymond Archambault... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Le président du Parti québécois, Raymond Archambault

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Rimouski) Le Parti québécois de Pierre Karl Péladeau réécrira l'article 1 de son programme, celui portant sur la souveraineté du Québec, mais pas avant un an - voire 18 mois.

Cet article sera officiellement réécrit lors du prochain grand congrès des membres, l'instance suprême de la formation souverainiste. Pour l'heure, tous au Parti québécois ne s'entendent pas sur le moment où cet exercice devrait se tenir.

Certains privilégient l'automne 2016; d'autres, le printemps 2017.

Les présidents des associations de circonscriptions du Parti québécois devraient trancher la question lors d'une réunion qu'ils tiendront à la fin du mois d'octobre ou au début de novembre, indique le président de la formation, Raymond Archambault.

M. Archambault affirme en entrevue qu'il n'existe pas de division de nature politique sur la date de ce congrès, mais simplement une problématique relevant d'abord et avant tout de logistique organisationnelle. Les congrès du genre réunissent plus de 2000 militants.

Un interlocuteur du Soleil confie toutefois que si elle ne l'est pas déjà, la date pourrait devenir un enjeu politique si la direction du parti sentait qu'elle a besoin de plus de temps pour arrêter sa position quant à ce fameux article 1. Il est l'âme du Parti québécois.

Deux hypothèses

Au sein du parti, d'autres rappellent qu'on ne réinventera pas la roue lors du 17e congrès des membres.

Le choix du libellé du prochain article 1 s'effectuera entre une formule précise et engageante et un énoncé général, laissant à peu près toute latitude au chef. Des péquistes ont hâte de voir quelle voie privilégiera M. Péladeau.

La direction du parti a toujours son mot à dire sur le libellé du principal article du programme.

Adopté lors du dernier congrès du Parti québécois, celui d'avril 2011, l'énoncé actuel repose sur l'idée du «moment approprié». Il se lit ainsi : «Aspirant à la liberté politique, le Parti québécois a pour objectif premier de réaliser la souveraineté du Québec à la suite d'une consultation de la population par référendum tenu au moment jugé approprié par le gouvernement.» C'était celui qu'avait privilégié l'ex-chef Pauline Marois. Les militants l'avaient adopté.

Il y a quelques années, ce même article 1 revêtait des accents plus volontaristes. Il stipulait qu'un référendum sur la souveraineté du Québec se tiendrait «le plus rapidement possible au cours du prochain mandat».

D'ici à la tenue du prochain congrès, dans un an ou dans 18 mois, donc, l'Institut de recherche sur la souveraineté promis par Pierre Karl Péladeau, et sur lequel il compte beaucoup pour faire la promotion de l'idée d'indépendance, devrait avoir livré ses premiers travaux.

Cet institut sera «le véhicule qui va nous permettre d'alimenter la réflexion et de pouvoir produire des études pour faire en sorte que nous puissions aller à la population avec un argumentaire qui va être important, détaillé, puissant et pour, évidemment, définir notre démarche jusqu'aux élections de 2018», avait-il expliqué en début d'année à l'Université Laval.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer