Véronyque Tremblay, de la salle des nouvelles au bureau de circonscription

Deux mois après avoir été élue députée de... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Deux mois après avoir été élue députée de Chauveau sous la bannière du Parti libéral du Québec, Véronyque Tremblay a inauguré samedi son bureau de circonscription.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La députée de Chauveau, Véronyque Tremblay, a officiellement inauguré son bureau de circonscription hier en compagnie de citoyens. Un peu plus de deux mois après avoir été élue, l'ancienne journaliste affirme être déjà bien au fait de ses dossiers. Le passage du journalisme à la politique n'est pas si compliqué, assure-t-elle. Toutefois, sa vision des politiciens a quelque peu changé au cours des dernières semaines. Mme Tremblay a accepté de répondre aux questions du Soleil.

Q Comment avez-vous trouvé vos premiers mois comme députée?

R Ça va vite, mais j'aime ça. Je n'avais pas encore de bureau et, déjà avec mon équipe, on répondait aux courriels des gens dans mon salon à la maison. Ç'a commencé très vite. Cela ressemble beaucoup au métier que je faisais avant. Je me sens un peu comme un poisson dans l'eau.

Q Depuis que vous êtes députée, votre relation avec les citoyens a-t-elle changé?

R C'est sûr que c'est amplifié. Il y a eu une campagne électorale très médiatisée. Les gens ont vu mon visage sur des poteaux durant un mois. Les gens me reconnaissent davantage. C'est certainement deux fois plus qu'avant au niveau de l'impact lorsque des gens me croisent. Peut-être qu'il y a une gêne de moins. Avant comme journaliste, c'était comme si j'étais une personnalité publique, mais ils n'osaient pas trop me déranger, alors que là, tu es la représentante du peuple. C'est très chaleureux comme approche.

Q Est-ce que votre vision des politiciens a changé?

R Oui. J'ai toujours eu beaucoup de respect pour les politiciens, mais je trouve que les gens ne réalisent pas à quel point les députés travaillent fort dans leur comté. Comme journaliste je ne réalisais pas ça non plus, car nous parlons surtout de ce qui se passait à l'Assemblée nationale. Moi, ça, je l'ai sous-estimé et cet été, ça n'a pas arrêté. Je ne savais pas à quel point le travail dans un bureau de comté était aussi important.

Q Quels sont les défis et les enjeux qui vous attendent?

R Cet été, pour moi, ç'a été de maîtriser le travail d'un bureau de comté. Lorsque des gens cognent à ta porte, souvent, ils ont essayé de régler le problème par eux-mêmes et ça n'a pas fonctionné. On a rencontré des dizaines de personnes par jour. On a travaillé des dossiers, et j'entends les faire avancer. Par exemple, je souhaite qu'on puisse maintenir le service de transport en commun de la Jacques-Cartier. J'espère faire une annonce d'ici la fin de l'année. Il y a aussi le dossier des médecins de famille. On ne se le cache pas, dans Chauveau, nous avons perdu plusieurs médecins de famille depuis une dizaine d'années, et la population augmente sans cesse. Il y a un seul groupe de médecine familiale dans mon comté et selon la grandeur du territoire, nous pourrions en avoir jusqu'à quatre. Je souhaite dès l'an prochain que nous puissions accueillir de nouveaux médecins. Il y a aussi le dossier des personnes âgées. Dans certains secteurs, lorsqu'elles ne sont plus capables de maintenir leur maison, elles doivent quitter vers l'extérieur, car il n'y a pas de résidence. Ce sont toutes des demandes qui proviennent du milieu. J'aimerais parvenir aussi à améliorer la fluidité du transport du côté est du comté, où l'autoroute Laurentienne. Il y a une grosse congestion le matin et le soir. Nous regardons ce que nous pouvons faire.

Q Quel est l'avenir pour le Pavillon des sports de Loretteville?

R C'est un dossier municipal. C'est clair que je le suis. J'ai parlé avec le maire dans ce dossier-là. Je crois en l'importance d'avoir un endroit ici pour que les gens puissent pouvoir faire du patin. Des installations sportives, c'est important. On ne veut pas perdre au change.

Q Quelle est votre position par rapport à Uber?

R On va avoir un caucus cette semaine et nous allons en discuter avec l'ensemble des députés. J'apprécie l'ouverture de Philippe Couillard. En même temps, il faut respecter les droits de ceux qui sont en place. Oui, il faut s'ajuster aux nouvelles technologies, mais jusqu'à quel point?

Q Que pensez-vous des élections fédérales?

R Je ne m'en mêle pas. Je suis élue au provincial et, dans mon comté, je vais avoir trois députés fédéraux. Je représente le Parti libéral du Québec et je fais confiance aux gens de Chauveau. Ils vont voter pour qui ils veulent. Ce n'est pas parce que tu es du Parti libéral du Québec que tu appuies nécessairement le Parti libéral au fédéral.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer