Québec: neuf champs de bataille, neuf combats

Qui vous a représenté à Ottawa au cours des dernières années et qui tentera sa... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

(Québec) Qui vous a représenté à Ottawa au cours des dernières années et qui tentera sa chance cette fois-ci? Le Soleil vous rafraîchit la mémoire en présentant un résumé des luttes passées dans les neufs circonscriptions de la grande région de Québec et les candidats qui sont sur les rangs pour obtenir un emploi à Ottawa le 19 octobre prochain.

Annick Papillon, députée fédérale de la circonscription de... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 2.0

Agrandir

Annick Papillon, députée fédérale de la circonscription de Québec

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

1- Québec

Députée sortante : Annick Papillon (NPD)

Le centre-ville de Québec a été aux mains de la bloquiste Christiane Gagnon pendant 18 ans. Du bleu, la circonscription est passée au orange en 2011 lorsque la jeune néo-démocrate, Annick Papillon, s'en est emparée. Cette dernière est de nouveau sur les rangs alors que son ancienne adversaire du Bloc québécois a hésité avant de renoncer, cet été, à l'idée de prendre sa revanche. Le candidat n'est donc pas encore choisi pour la formation de Gilles Duceppe, tandis que l'économiste et professeur de l'Université Laval Jean-Yves Duclos portera les couleurs du Parti libéral du Canada. Le jeune Pierre-Thomas Asselin tente sa chance avec les troupes de Stephen Harper, comme son père Jean-Pierre Asselin dans Louis-Hébert.

Raymond Côté, député fédéral de Beauport-Limoilou... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 3.0

Agrandir

Raymond Côté, député fédéral de Beauport-Limoilou

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

2- Beauport-Limoilou

Député sortant : Raymond Côté (NPD)

Créée en 2003, la circonscription, qui ne portait d'abord que le nom «Beauport», a d'abord été bloquiste avec Christian Simard, aujourd'hui dg de Nature Québec. Ce dernier était parvenu à battre au scrutin de 2004 le candidat vedette libéral et membre du Parlement de 1977 à 1984 (Louis-Hébert), Denis Dawson, par le double des voix. La conservatrice Sylvie Boucher lui a arraché le siège en 2006 par moins de 1000 votes, puis a une nouvelle fois remporté l'élection quatre ans plus tard. Le néo-démocrate Raymond Côté, qui a raflé la mise avec une confortable avance en 2011, veut poursuivre sa carrière au Parlement. Il affrontera le copropriétaire de Brynd smoked-meat, Antoine Bujold, qui se présente avec le Parti libéral du Canada. L'étudiant et réserviste dans les Forces canadiennes, Alupa A. Clark, a surpris en doublant l'ex-directeur général du Carnaval de Québec, Jean Pelletier, qui voulait porter les couleurs conservatrices.

La députée néo-démocrate Anne-Marie Day... (Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes) - image 4.0

Agrandir

La députée néo-démocrate Anne-Marie Day

Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes

3- Charlesbourg-Haute-Saint-Charles

Députée sortante : Anne-Marie Day (NPD)

Comme ailleurs dans la région, c'est en 2006 que le vent a tourné pour les bloquistes qui y détenaient la majorité des sièges depuis 1993. L'avocat Richard Marceau a occupé le siège de 1997 à 2006 dans la circonscription - qui s'est aussi appelée Charlesbourg et Charlesbourg-Jacques-Cartier - avant de céder sa place à un autre juriste du clan conservateur, Daniel Petit. Ce dernier a perdu contre la néo-démocrate Anne-Marie Day, qui tentait sa chance pour la deuxième fois. Elle essaiera de conserver son emploi à Ottawa tandis que, du côté libéral, c'est l'expert en conseils stratégiques en entreprise, Jean Côté, qui tentera de le lui ravir. Pierre-Paul Hus, qui s'est présenté sans succès en 2011 dans Louis-Hébert, s'essaie une nouvelle fois pour la formation de Stephen Harper. Le Bloc québécois n'a pas encore désigné son candidat.

Le ministre fédéral de la Sécurité publique et... (Archives La Presse Canadienne) - image 5.0

Agrandir

Le ministre fédéral de la Sécurité publique et de la Protection civile, Steven Blaney

Archives La Presse Canadienne

4- Bellechasse-Les Etchemins-Lévis (en 2011 Lévis-Bellechasse)

Député sortant : Steven Blaney (PCC)

Dans la jeune histoire de la circonscription née en 2003, le conservateur Steven Blaney a remporté toutes les élections pour lesquelles il s'est présenté (2006, 2008 et 2011). La première fois, il a largement devancé le bloquiste Réal Lapierre, qui n'a occupé le siège de député sur la Rive-Sud que pendant deux ans, de 2004 à 2006. Le producteur de cinéma Jacques Turgeon essaiera de colorer de rouge la circonscription tandis que l'ancien maire de Saint-Romuald, Jean-Luc Daigle, se présente sous la bannière du Nouveau Parti démocratique, qui a fait bonne figure en 2011 avec 34 % des votes. Gilles Duceppe n'a pas encore de candidat pour le Bloc québécois, tandis que le Parti vert présente un candidat «vedette» avec le militant écologiste président de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), André Bélisle.

Jacques Gourde.... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 6.0

Agrandir

Jacques Gourde.

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

5- Lévis-Lotbinière (en 2011 Lotbinière-Chutes-de-la-Chaudière)

Député sortant : Jacques Gourde (PCC)

Élu dans la défunte circonscription de Lotbinière (1997) et Lotbinière-L'Érable (2000), Odina Desrochers a été le premier député de la circonscription nouvellement formée en 2004. Le bloquiste a été défait deux ans plus tard par le producteur agricole et conservateur Jacques Gourde. Fait particulier, ce dernier a pu bénéficier de l'aide de son ancien rival au scrutin de 2008, alors que M. Desrochers a fait partie d'un groupe d'ex-membres du Bloc québécois à tourner le dos à la formation, affirmant que celle-ci n'avait plus sa raison d'être à Ottawa. Même s'il l'a emporté avec près de 40 % des voix, Jacques Gourde a eu chaud en 2011 puisque l'étudiante néo-démocrate Tanya Fredette l'a talonné de très près. Ni le Bloc québécois ni le NPD n'ont confirmé qui sera leur candidat cette fois-ci tandis que l'ancien ambassadeur du Canada en Haïti, Claude Boucher, s'essaie avec l'équipe du libéral Justin Trudeau.

Denis Blanchette, député néodémocrate de Louis-Hébert... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé) - image 7.0

Agrandir

Denis Blanchette, député néodémocrate de Louis-Hébert

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

6- Louis-Hébert

Député sortant : Denis Blanchette (NPD)

Si Louis-Hébert a souvent été bleu bloc depuis la première élection de la formation en 1993, la circonscription a souvent eu des infidélités. Dès le scrutin suivant en 1997, la libérale Hélène Scherrer a bien failli l'emporter contre la bloquiste et députée sortante Hélène Alarie. Ce n'est qu'en 2000 que Mme Scherrer a finalement obtenu la faveur des électeurs, mais uniquement pour un mandat. À deux reprises, en 2004 et en 2006, elle a bien essayé, mais sans succès, de regagner son siège à la colline du Parlement. C'est d'abord Roger Clavet du Bloc québécois et ensuite le conservateur Luc Harvey qui l'ont remporté à sa place, ce dernier avec seulement 231 votes devant le député sortant. Les électeurs de Louis-Hébert ont décidé de faire une nouvelle fois confiance aux bloquistes en 2008 en élisant Pascal-Pierre Paillé avant de changer d'idée à nouveau et de donner une chance au néo-démocrate Denis Blanchette. Celui-ci défendra son poste contre le conservateur Jean-Pierre Asselin et le jeune avocat libéral Joël Lightbound. Le parti de Gilles Duceppe n'a pas encore de candidat.

La députée du NPD, Alexandrine Latendresse.... (Photothèque, Le Soleil) - image 8.0

Agrandir

La députée du NPD, Alexandrine Latendresse.

Photothèque, Le Soleil

7- Louis-Saint-Laurent

Députée sortante : Alexandrine Latendresse (NPD)

L'ancien journaliste et bloquiste Bernard Cleary a fait sa marque au Québec en devenant en 2004 le premier autochtone de la province à être élu à Ottawa, mais il n'a pas laissé une empreinte très forte dans Louis-Saint-Laurent, une circonscription qui a vu le jour en 2003. Dès 2006, il cède sa place à la conservatrice Josée Verner, qui l'emporte haut la main. Au cours de son deuxième mandat en 2008, celle-ci devient ministre et, du coup, porte-parole pour son parti dans la région. Mais comme beaucoup de ses collègues, elle a été emportée par la vague orange ici incarnée par Alexandrine Latendresse. Cette dernière, qui avait eu le dessus sur sa rivale avec très peu de voix, a décidé de ne pas poursuivre sa carrière politique. C'est le diplomate et ancien ambassadeur du Canada en Ukraine G. Daniel Caron qui prend sa relève. L'ex-membre des Forces armées canadiennes Youri Rousseau s'affiche avec les libéraux alors que le Bloc québécois n'a personne sur les rangs pour l'instant. Tous les yeux sont cependant tournés vers l'ex-député caquiste, Gérard Deltell, très populaire dans le coin et pressenti comme un membre influent d'un éventuel caucus québécois chez les conservateurs.

La députée de Portneuf-Jacques-Cartier, Élaine Michaud... (Photothèque Le Soleil, Laetitia Deconinck) - image 9.0

Agrandir

La députée de Portneuf-Jacques-Cartier, Élaine Michaud

Photothèque Le Soleil, Laetitia Deconinck

8- Portneuf-Jacques-Cartier

Députée sortante : Élaine Michaud (NPD)

Comme dans Louis-Hébert, Portneuf-Jacques-Cartier a changé quatre fois d'allégeance depuis la première élection du Bloc québécois en 1993. Pierre De Savoye a été son représentant à Ottawa à deux reprises (1993 et 1997) avant que le libéral Claude Duplain ne lui ravisse le siège en 2000. Au scrutin suivant, c'est le bloquiste Guy Côté qui a repris les rênes dans Portneuf avant l'arrivée fracassante en 2006 de l'animateur radio André Arthur. Malgré les controverses, il parvient à conserver son siège par la peau des fesses en 2008 pour finalement le perdre au profit de la néo-démocrate Élaine Michaud. Celle-ci représente encore les troupes de Thomas Mulcair et affronte l'ingénieur et réserviste des Forces canadiennes, le candidat libéral David Gauvin. L'ancien conseiller politique du libéral Sam Hamad, Joël Godin, fait le saut en politique fédérale avec les conservateurs et l'homme d'affaires Raymond Harvey porte les couleurs du Bloc québécois.

Le néo-démocrate Jonathan Tremblay... (Photothèque Le Soleil) - image 10.0

Agrandir

Le néo-démocrate Jonathan Tremblay

Photothèque Le Soleil

9- Beauport-Côte-de-Beaupré-Île d'Orléans-Charlevoix (en 2011 Montmorency-Charlevoix-Haute-Côte-Nord)

Député sortant : Jonathan Tremblay (NPD)

Si les limites de cette circonscription ont souvent changé au cours des années et des réformes électorales, son député est demeuré le même pendant 18 ans. Le territoire s'est considérablement agrandi en 2003, mais le bloquiste et avocat de formation Michel Guimond a toujours tenu le fort. Il a fallu un briqueteur-maçon, le néo-démocrate Jonathan Tremblay, pour qu'il s'écroule en 2011 par un peu plus de 1000 voix. Avec les plus récents changements à la carte, la partie «Haute-Côte-Nord» est abandonnée au profit d'une portion de Beauport. M. Tremblay veut conserver son poste tandis que le conseiller municipal de Saint-Aimé-des-Lacs et candidat libéral Jean-Roger Vigneau tentera de le lui ravir. La conservatrice Sylvie Boucher, qui a représenté les électeurs de Beauport-Limoilou de 2006 à 2011, tentera un retour tandis que le Bloc québécois n'a pas annoncé d'aspirant député pour l'instant.

Notes importantes

Aux fins de cet article, nous avons fait le choix de commencer notre recension à partir de 1993, année où le Bloc québécois a présenté des députés pour la première fois.

À chaque dix ans, Élections Canada procède à une révision de la carte électorale du Canada pour tenir compte des changements démographiques. L'année 2003 a donné lieu à des modifications importantes dans la grande région de Québec - nous incluons ici la Rive-Sud. Par exemple, Québec-Est et de Lévis-et-Chutes-de-la-Chaudière autrefois que Lévis, ont «disparu» avec le redécoupage au profit de nouvelles circonscriptions comme Lotbinière-Chutes-de-la-Chaudière, Lévis-Bellechasse, Beauport-Limoilou et Louis-Saint-Laurent. D'autres ont simplement changé de nom au fil des ans.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer