Le Parti vert du Canada croit à une percée au Québec

Elizabeth May... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Elizabeth May

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Lévis) Malgré les sondages, la chef du Parti vert du Canada croit à une percée de sa formation au Québec, lors de l'élection fédérale. Et Elizabeth May rêve d'un scrutin donnant au pays un gouvernement minoritaire où les Verts pourront faire une différence.

La première candidate à se faire élire sous cette bannière, en 2011, dans Saanich-Gulf Island, en Colombie-Britannique, a effectué une de ses rares sorties au Québec, jeudi.

De passage sur la rive sud de Québec, pour appuyer l'écologiste André Bélisle, qui tentera en octobre de ravir Lévis-Bellechasse au conservateur Steven Blaney, MmeMay a signalé que son parti présentera pour la première fois un candidat dans chacune de 75 circonscriptions fédérales du Québec.

Le Parti vert disposera d'un budget d'environ un million $ pour mener la bataille au Québec. La formation appliquera une stratégie qui a connu du succès ailleurs : concentrer militants et financement dans une poignée de circonscriptions jugées «prenables».

Les enquêtes d'opinion n'accordent à répétition que des miettes aux Verts. Le lieutenant québécois de Mme May, Daniel Green, a insisté que la firme de sondage Léger a rehaussé le soutien des Québécois pour la formation à 6 ou 7 %. Gain modeste, de quelques points de pourcentage, mais la preuve, a-t-il avancé, «que notre message commence à avoir une traction dans l'opinion publique».

Candidats crédibles

Le Parti vert présente quelques aspirants qui ont une réelle notoriété. M. Bélisle a dirigé l'Association québécoise pour la lutte contre la pollution atmosphérique. Daniel Green, qui se présentera dans la région de Montréal, est associé à la Société pour vaincre la pollution. Le comédien Jici Lauzon briguera les suffrages pour les Verts.

«Nous aurons une percée au Québec et particulièrement dans ma province», a prédit Mme May. Elle a espoir de rafler une demi-douzaine de circonscriptions en Colombie-Britannique. La politicienne croit que l'appel au peuple se traduira par un gouvernement minoritaire néo-démocrate, libéral ou, «au pire», conservateur où le parti pourra faire avancer la cause de l'environnement.

Selon la chef, M. Bélisle a ses chances contre le ministre Blaney même si la rive sud de Québec représente un bastion québécois du Parti conservateur. Le premier ministre Stephen Harper «a perdu ses appuis dans la base conservatrice» avec des projets attaquant «les valeurs canadiennes», comme le projet de loi sur le terrorisme, a-t-elle dit.

Le point de presse a été donné sur le site historique de l'ancien chantier maritime de la rive sud. Les Verts réclament qu'Ottawa fasse construire par la Davie de grands navires destinés à assurer la sécurité maritime sur le Saint-Laurent. Ils en ont profité pour réitérer leur opposition à toute exploration pétrolière au Québec de même qu'à tout projet de pipeline pour les hydrocarbures.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer