Des compressions de 2,5 millions $ au Conseil des arts et des lettres

Hélène David... (Archives, La Presse)

Agrandir

Hélène David

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Rigueur budgétaire oblige, le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) a annoncé mardi des compressions de 2,5 millions $. Une décision prise à la suite d'une commande du ministère de la Culture.

Les dirigeants du CALQ ont fait part de leur décision aux représentants des organisations qu'elle chapeaute, mardi en fin d'avant-midi. Une directive avait été donnée «il y a un certain temps» par la ministre de la Culture, Hélène David. Cette dernière justifiait la démarche par l'effort budgétaire demandé dans tout l'appareil gouvernemental.

À en croire le gouvernement libéral, le CALQ aura le dernier mot sur la façon dont seront appliquées les coupes. Certaines directives ont été formulées. «On a demandé une orientation. Une chose était claire, on a dit de ne pas toucher à l'aide aux créateurs», a expliqué Philip Proulx, attaché de presse de Mme David, qui assure que les bourses  «Au ministère de la Culture, comme dans tous les ministères, on demande de faire une optimisation. [...] Les coupes de 2,5 millions  $ se feront dans des structures et les instances plus administratives.»

Pourquoi faire cette annonce aujourd'hui, à la veille de la Fête nationale? «C'est toujours à cette période-ci de l'année qu'ils renouvèlent leur budget», a répondu M. Proulx.  

Le porte-parole du CALQ, Christian O'Leary, s'est lui aussi voulu rassurant pour les créateurs québécois. Il soutient que les coupes n'affecteront pas les bourses aux artistes ou aux subventions des organismes de création. «On ne touchera pas à la création, production, diffusion», a-t-il affirmé mardi à La Presse. «Pour cette raison, on a demandé la collaboration des associations de soutien et des regroupements artistiques pour trouver des solutions.»

Critiques acerbes

La nouvelle a tôt fait d'attirer son lot de critiques, à commencer par celle du Parti québécois. Véronique Hivon, députée de Joliette et porte-parole de l'opposition officielle en matière de culture et de communications, a dénoncé «des compressions aveugles» et a sommé Hélène David de faire marche arrière.

Le Mouvement pour les arts et les lettres (MAL) a quant à lui qualifié les compressions de «sournoises». «Elle frappe dur et vise pour la première fois les programmes de base. Elle contraste avec les propos de la ministre lors du dernier budget, assurant que les crédits de son ministère et du CALQ étaient préservés. Il s'agit clairement d'une volte-face», a dénoncé Stanley Péan, porte-parole du MAL, par voie de communiqué, ajoutant que le CALQ était atteint «de sous-financement chronique». Le cabinet de Mme David rétorque à ce sujet que le budget global du CALQ a augmenté de 2,8%.

Le MAL dénonce finalement «le procédé» selon lequel la décision a été annoncée, mardi, à la veille de la fête de la Saint-Jean-Baptiste et «des mois» après le dépôt du budget. «Il y a quelque chose de sournois à la fois dans le fait que des coupes surviennent et dans le moment choisi pour les annoncer.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer