Jeunes péquistes: Ariane Cayer succède à Léo Bureau-Blouin

Léo Bureau-Blouin... (Photo Erick Labbe, Le Soleil)

Agrandir

Léo Bureau-Blouin

Photo Erick Labbe, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Étienne Fortin-Gauthier
La Presse Canadienne
Montréal

La course à la chefferie du Parti québécois a créé des dissensions au sein des militants de l'aile jeunesse et il est temps que tous se rallient autour du projet de souveraineté, affirme sans détour Ariane Cayer, la nouvelle présidente du Comité national des jeunes du Parti québécois (CNJPQ).

Lors d'un scrutin dimanche à la fin du congrès de l'organisation à Waterville, en Estrie, Mme Cayer a devancé son unique opposant, Vincent-Gabriel Langlois.

En entrevue à La Presse Canadienne, Mme Cayer a expliqué sa victoire par son discours unificateur et les moyens qu'elle a proposés pour séduire bon nombre de Québécois de moins de 30 ans, qui se sont éloignés du Parti québécois au cours des dernières années.

Elle admet qu'il n'y a «pas de recette miracle», mais que les ponts doivent être rebâtis. Celle qui a milité aux côtés de Pierre Karl Péladeau lors de la course à la chefferie dit être au diapason avec le chef péquiste.

Mme Cayer succède à l'ex-député péquiste de la circonscription de Laval-des-Rapides et ancienne figure de proue du mouvement étudiant, Léo Bureau-Blouin.

Samedi lors d'une entrevue avec La Presse Canadienne, M. Bureau-Blouin avait admis que l'arrivée de M. Péladeau avait notamment influencé sa décision de quitter son poste. «C'est sûr que ça a été un ingrédient», avait reconnu celui qui avait milité pour Alexandre Cloutier, lors de la course.

Mme Cayer se dit quant à elle «en phase» avec Pierre Karl Péladeau. Tout comme le chef du Parti québécois, elle estime que les forces souverainistes doivent à nouveau miser sur la pédagogie.

«Il faut retourner dans les écoles et les centres de formations professionnelles et partout où il y a des jeunes pour leur parler d'indépendance. Il faut aussi actualiser au goût du jour les argumentaires en parlant notamment des relations internationales d'un Québec indépendant et d'environnement», a soutenu Mme Cayer.

Elle souhaite aussi que les idées des jeunes de l'aile jeunesse fassent leur chemin au sein des instances du Parti québécois. «Les jeunes de 16 à 29 ans inclusivement forment 33 pour cent des délégations de chaque circonscription. À chaque événement national, nous avons donc 33 pour cent des votes. Les jeunes peuvent faire entendre leur voix», a-t-elle assuré.

La gratuité scolaire et l'encadrement du droit de grève sont deux questions qui seront «poussées» cette année, a révélé Ariane Cayer en soirée.

Plus tôt en après-midi, la nouvelle présidente a pris la parole devant les membres de l'aile jeunesse suite au scrutin. Elle a alors insisté sur l'importance de la cohésion au sein des forces péquistes.

«La division, c'est assez. C'est fini», a-t-elle déclaré, d'un ton sans appel.

Ariane Cayer a enchaîné en disant qu'elle était persuadée que «tout le monde avait compris le message».

La nouvelle présidente du Comité national des jeunes du Parti québécois a insisté sur l'importance de «se tourner vers l'avenir» en faisant allusion au passage aux prochaines élections provinciales.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer