Moins d'impôt, plus de taxes: Leitão se dit encouragé

«Le coeur de la réforme, c'est moins d'impôt... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

«Le coeur de la réforme, c'est moins d'impôt et un peu plus de taxes [...] L'objectif est de réduire l'impôt sur le revenu de façon substantielle, d'au-delà de 4 milliards $. Et pour financer cette réduction, plusieurs pistes seraient prises [dont une hausse des taxes à la consommation].» - Le ministre des Finances, Carlos Leitão

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, a bon espoir de commencer à mettre en oeuvre durant l'actuel mandat de son gouvernement l'idée de hausser les taxes à la consommation en contrepartie d'une baisse plus importante des impôts sur le revenu. L'implantation serait cependant graduelle et pourrait même se dérouler sur plusieurs années.

Il y aura encore beaucoup de discussions et de débats sur le sujet. Mais Carlos Leitão se dit «très encouragé» par les rencontres qu'il a eues lundi et mardi à Montréal avec des représentants des milieux syndicaux et d'affaires, ainsi qu'avec des experts.

Ils ont discuté à huis clos du rapport de la Commission d'examen sur la fiscalité québécoise, qui a entre autres recommandé en mars de faire passer de 9,975 % à 11 % le taux de la TVQ.

Cinq sujets figuraient au programme des discussions, dont celui de la révision du dosage entre impôts et taxes, celui de l'écofiscalité et celui des mécanismes de redistribution de la richesse.

L'examen se poursuivra en septembre, mais cette fois publiquement et avec plus de participants. Il se déroulera en commission parlementaire, à l'Assemblée nationale du Québec.

«Le coeur de la réforme, c'est moins d'impôt et un peu plus de taxes», a fait valoir en fin de journée mardi M. Leitão lors d'une entrevue accordée au Soleil.

«L'objectif est de réduire l'impôt sur le revenu de façon substantielle, d'au-delà de 4 milliards $. Et pour financer cette réduction, plusieurs pistes seraient prises», a-t-il poursuivi. Environ 2,9 milliards $ viendraient d'une hausse des taxes à la consommation.

Sujet sensible chez les militants

Le ministre des Finances sait le sujet sensible. Réunis en fin de semaine à Montréal, les militants libéraux ont appuyé les grandes conclusions du rapport de la Commission présidée par le fiscaliste Luc Godbout, mais sur fond de dissensions.

Une majorité d'entre eux ont finalement dit oui à la révision de «la façon dont les revenus de l'État sont perçus pour que l'assiette fiscale repose davantage sur la taxation et moins sur l'impôt sur le revenu».

Deux garde-fous devraient cependant être installés, ont insisté les militants : le fardeau fiscal des particuliers ne devrait pas croître et le crédit d'impôt à la solidarité devrait être bonifié. C'est aussi ce que suggère le groupe de Luc Godbout.

Dans son rapport, ce dernier a aussi préconisé une majoration «du montant personnel de base», ainsi qu'un «barème d'impôt plus progressif». Le premier seuil d'imposition devrait passer de 14 281 $ à 18 000 $ et le nombre de paliers d'imposition devrait grimper de quatre à neuf.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer