Québec pense devoir repousser l'âge de la retraite

L'évolution de l'espérance de vie des Québécois rend... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

L'évolution de l'espérance de vie des Québécois rend cette possibilité inéluctable, a indiqué samedi le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Les Québécois devront s'y résigner : le gouvernement Couillard songe à augmenter graduellement l'âge de la retraite.

L'évolution de l'espérance de vie des Québécois rend cette possibilité inéluctable, a indiqué samedi le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão.

Le ministre se montre favorable à une résolution présentée sur ce sujet par la commission politique du Parti libéral du Québec au 32econgrès des membres, qui se termine aujourd'hui dans la métropole. Il réunit quelque 1500délégués.

«L'espérance de vie aujourd'hui est bien plus élevée qu'elle ne l'était il y a 30, 40, 50 ans», a noté M.Leitão, selon qui «il faut revoir les méthodes de financement des caisses de retraite» publiques et privées.

C'est d'autant plus important, ajoute-t-il, que la proportion des 15à 65 ans au Québec diminue plus rapidement qu'ailleurs au Canada. Prendre sa retraite à 65ans ou plus tôt encore devient de plus en plus un non-sens, suggère-t-il.

Le grand manitou des Finances croit nécessaire de poursuivre sur la voie de l'élimination des incitatifs fiscaux favorisant la retraite hâtive, avant 65 ans. Et sur celle visant à bonifier les incitatifs encourageant le maintien en emploi après 65 ans.

La résolution portée par la commission politique du PLQ promeut aussi «la mise en place de mécanismes d'ajustements périodiques de l'âge de la retraite en fonction de l'évolution dans le temps de l'espérance de vie».

«La question, c'est comment on le fait, quand on le fait et de quelle manière on va le faire», a commenté le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux.

Pour ce qui est des employés de l'État, Martin Coiteux a déjà indiqué sa volonté de passer à l'action. Il veut faire passer l'âge de leur retraite de 60 à 62 ans. Il veut aussi que leur rente soit calculée selon la moyenne du salaire de leurs huit meilleures années de travail et non plus des cinq. Enfin, que la pénalité applicable pour une prise de retraite anticipée passe de 4 % à 7,2 % par année.

RAPPORT GODBOUT

Guidés par la commission politique, les délégués devront approuver ou rejeter une résolution inspirée du récent rapport du fiscaliste Luc Godbout.

Elle propose de réviser, «sans augmenter le fardeau fiscal des particuliers, la façon dont les revenus de l'État sont perçus pour que l'assiette fiscale repose davantage sur la taxation et moins sur l'impôt sur le revenu, et que soit bonifié simultanément le crédit d'impôt à la solidarité pour pallier les effets que ce changement pourrait avoir sur les plus démunis».

En matière de santé, cette instance du Parti libéral du Québec propose une autre petite révolution. De façon générale, elle recommande d'accroître la «liberté de choix», particulièrement celle des personnes âgées.

Par exemple, en matière d'hébergement, elle suggère de «diriger les sommes [actuellement] allouées aux ressources intermédiaires et aux ressources de type familial vers les fournisseurs de services que les aînés auront choisis eux-mêmes».

Idem pour «les sommes investies dans le soutien et les services» qui leur sont offertes; elles devraient leur être accordées afin qu'ils choisissent eux-mêmes leurs fournisseurs de services et de soutien.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer