Jean-François Fortin ne prévoit pas réintégrer le Bloc québécois

Ayant claqué la porte après l'élection de Mario... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Ayant claqué la porte après l'élection de Mario Beaulieu comme chef du Bloc québécois, Jean-François Fortin n'a pas l'intention de rentrer au bercail, lui qui a fondé le parti Forces et démocratie.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Matane) Le député Jean--François Fortin demeure vague à l'idée d'un possible retour au Bloc québécois depuis que Gilles Duceppe a annoncé qu'il en redevenait le chef. L'ex-bloquiste et actuel chef de Forces et démocratie (FED) préfère parler de collaboration, sans vraiment en préciser la forme.

«C'est une question hypothétique», a-t-il répété à quelques reprises. «Il n'y a pas eu de demande formelle qui a été formulée ou déposée. Il n'y a pas eu de contact avec le Bloc québécois ni avec Gilles Duceppe. S'il y a des propositions qui sont formulées, je vais les amener de façon transparente et honnête au caucus de Forces et démocratie.» Pure coïncidence, le nouveau parti était réuni mercredi en caucus à Ottawa pour son bilan de fin de session parlementaire. Près de 25 candidats y ont pris part pour préparer la prochaine campagne électorale qui aura lieu en octobre.

M. Fortin affirme que, pour le moment, il n'aurait pas de motifs valables pour quitter le parti qu'il a fondé à l'automne. «Il n'y a pas eu de dialogue ni de discussion avec le Bloc, martèle-t-il. Tant et aussi longtemps que je ferai de la politique, je vais rester fidèle à ce qui m'anime et qui m'a motivé à quitter le Bloc québécois qui était en pleine dérive identitaire, qui ne répondait plus aux besoins de ma région. Pour moi, l'important est de ne pas me perdre moi-même au sein de la politique.»

Celui qui avait été défait à la direction du Bloc québécois en 2011 et qui a claqué la porte du parti l'an dernier, après l'élection de Mario Beaulieu à la tête de la formation, se réjouit du retour de Gilles Duceppe. «C'est un homme en lequel j'ai cru, souligne-t-il. M. Duceppe est un homme d'exception que j'admire, un homme qui a de nombreuses qualités. Je suis content pour le Bloc québécois de le voir revenir.»

«Homme d'exception»

Jean-François Fortin, député de Haute-Gaspésie-La Mitis-­Matane-Matapédia, ne redoute pas outre mesure que le Bloc puisse devenir un adversaire plus coriace qu'il ne l'avait estimé au départ. «Nous avons un électorat qui provient de tous les partis politiques, de toutes les sphères, de différentes franges politiques, fait-il savoir. Alors, pour nous, c'est une nouvelle réalité politique avec laquelle on devra composer. Si j'avais voulu choisir les chemins les plus faciles, j'aurais pu fermer les yeux lors de l'élection de Mario Beaulieu, puis faire semblant que tout allait bien, que les gens étaient bien représentés, que les régions étaient écoutées et tromper ma population.»

Selon lui, il est important que les régions puissent avoir une voix à Ottawa. Il propose aussi que les députés soient davantage à l'écoute de l'électorat, plutôt que de leur ligne de parti. «Les députés sont devenus des marionnettes de leur parti, au lieu d'être de réels représentants, en ayant toutes les marges de manoeuvre pour bien représenter et défendre leur communauté», fait-il valoir.

La circonscription où le chef de FED briguera à nouveau un siège de député, soit Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, compte 1260membres en règle du Bloc québécois selon la permanence du parti, situé à Montréal.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer