Couillard et Snyder font les yeux doux aux électeurs de Chauveau

Philippe Couillard accompagné sa candidate Véronyque Tremblay au... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Philippe Couillard accompagné sa candidate Véronyque Tremblay au club de golf Royal Charbourg, mercredi.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Preuve s'il en est une de la convoitise dont fait l'objet la circonscription de Chauveau, en vue de l'élection partielle de lundi, le premier ministre Philippe Couillard et l'animatrice Julie Snyder, conjointe du chef du Parti québécois, ont passé une partie de la journée de mercredi à mener une opération charme auprès des électeurs.

Julie Snyder a fait escale au restaurant Sagamité,... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 1.0

Agrandir

Julie Snyder a fait escale au restaurant Sagamité, à Wendake, avec le candidat péquiste Sébastien Couture, mercredi. 

Le Soleil, Yan Doublet

«La campagne n'est pas finie, on va continuer à travailler très fort jusqu'à la dernière minute», a lancé le premier ministre à son arrivée, en fin d'après-midi, au club Royal Charbourg, à Lac-Saint-Charles, où quelque 160 hommes et femmes d'affaires venaient de terminer une ronde de golf, à l'occasion de la classique Inter-parcs industriels.

Accompagné de sa candidate Véronyque Tremblay, Philippe Couillard a répété que les électeurs de la circonscription avaient le choix lundi entre l'envoi d'un représentant libéral «là où se prennent les décisions» et la proposition péquiste sur l'indépendance. «On peut demander aux gens de Chauveau : qu'est-ce que la perte de votre citoyenneté canadienne va améliorer dans vos vies? Bonne question, n'est-ce pas?»

Et l'«effet PKP»? «Je ne sens pas grand-chose de ce genre dans le comté.»

Pour le chef libéral, la Coalition avenir Québec ne semble pas non plus être dans le décor. «On ne sait jamais où ils se branchent sur tel ou tel dossier.»

En l'absence du chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, retenu au caucus de sa formation, c'est sa conjointe et future épouse Julie Snyder qui est venue faire les yeux doux aux électeurs de Chauveau, en compagnie du candidat péquiste Sébastien Couture, digne héritier selon elle de l'ex-député Gérard Deltell. «Il a dit que c'était lui qui connaissait le mieux les enjeux de Chauveau. Qu'un caquiste souligne les qualités d'un péquiste, c'est rare et flatteur.»

Snyder en verve

Très en verve, fidèle à son image de grande ricaneuse devant l'éternel, «super à l'aise» avec les clients du restaurant Sagamité, l'animatrice vedette a échangé avec quelques clients réunis pour le dîner dans cet établissement du boulevard Bastien, à Wendake. Passant d'une table à l'autre, elle a échangé sur son mariage, son végétarisme, ses deux visites à l'hôtel-musée des Premières Nations avec ses enfants, glissant ici et là quelques anecdotes. «Mon dentiste habite à Lac-Beauport. J'ai même pris une brosse dans Chauveau...»

«Comme toutes les conjointes de chefs politiques, je crois qu'il est important de s'impliquer» sur le terrain, confie-t-elle, d'un ton plus sérieux. Simple retour d'ascenseur, à son avis, Pierre Karl Péladeau l'ayant accompagnée à toutes les émissions de Star Académie, sauf une. Le couple devait faire équipe en soirée, mercredi, lors d'une visite dans une résidence pour personnes âgées, à Lac-Beauport.

Julie Snyder compte sur l'«intelligence» des électeurs pour faire la différence entre son implication politique auprès de son conjoint, et son statut de vedette du petit écran.

«Je regarde Guylaine Tremblay qui a pris position en faveur du Parti québécois et de Pierre Karl, ça ne l'empêche pas de gagner le trophée Artis de la femme la plus populaire du Québec. [...]. Je ne m'excuserai pas d'exister. Je suis toujours ben pas pour me mettre un sac sur la tête...» lance-t-elle, avec son habituel sens de l'autodérision.

Depuis l'adolescence

Son implication politique, explique-t-elle, remonte à l'adolescence. «À 14 ans, j'avais une tante très péquiste et je vendais des cartes du Parti québécois. Elle m'a aussi fait vendre des cartes du Parti rhinocéros... J'étais en secondaire 2 lorsque je me suis rendue écouter le discours [de René Lévesque] au centre Paul-Sauvé [le soir du référendum].»

La visite très médiatisée de la conjointe du chef péquiste dans Chauveau laisse «indifférent» le premier ministre Couillard. «A-t-elle annoncé sa candidature? lance-t-il sur un ton moqueur, disant préférer «avoir sur le terrain une personne de Chauveau qui parle aux gens de Chauveau».

«La politique, aujourd'hui, ça se fait comme ça, par le contact personnel. Comme moi, lorsque je me suis présenté dans le comté de Roberval, beaucoup de monde a été surpris, mais c'est là que j'habite.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer