Péladeau croit en une nouvelle ferveur souverainiste

Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau a souligné... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau a souligné une nouvelle fois la grandeur du personnage de M. Parizeau ainsi que ses qualités d'homme d'État, des aspects auxquels il croit que la population sera sensible.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Reparler de l'«oeuvre» de Jacques Parizeau et de l'homme d'État qu'il a été pourrait insuffler une nouvelle ferveur au mouvement souverainiste québécois, croit Pierre Karl Péladeau.

Le nouveau chef du Parti québécois dit avoir le sentiment «que ça va faire en sorte qu'on puisse encore davantage parler d'indépendance, comme je souhaite le faire». Il estime que les hommages à sa mémoire permettent de mieux «connaître notre histoire; d'où nous sommes partis et où nous sommes arrivés».

Ce qui se dit et s'écrit depuis mardi sur cet homme «à l'origine de la modernité de l'État» fera progresser l'option, a enchaîné Pierre Karl Péladeau, mercredi, en réponse à une question d'un journaliste.

Le chef péquiste pense toutefois qu'il serait hasardeux de faire un lien entre le rappel du travail accompli par l'ex-premier ministre et le résultat à venir des élections partielles, le 8 juin, dans Chauveau et dans Jean-Talon. Il dit cependant sentir des «indications positives» sur le terrain dans ces circonscriptions réputées difficiles pour le Parti québécois.

Dans son entourage, on se plaît à évoquer un «effet Péladeau».

Le chef caquiste François Legault ne partage pas le point de vue de M. Péladeau quant à une nouvelle ferveur souverainiste. «La grande majorité des Québécois sont rendus ailleurs», laisse-t-il tomber.

Opération visibilité

Le premier ministre Philippe Couillard affirme que le thème de l'indépendance du Québec desservira le Parti québécois. «Plus le Parti québécois parle d'indépendance, plus des questions se posent»; et c'est sur lui que «repose le fardeau de la preuve», affirme-t-il.

«C'est à lui de démontrer en quoi perdre leur citoyenneté canadienne aiderait les citoyens de Québec.»

Mercredi matin, le chef libéral a participé à une opération de visibilité en faveur de ses candidats dans Chauveau et dans Jean-Talon. Véronyque Tremblay et Sébastien Proulx ont pris part au caucus de l'aile parlementaire gouvernementale, tout juste avant la période des questions.

«Moi, j'ai besoin du monde de Québec pour la région de Québec pour faire avancer les dossiers de Québec», a insisté M. Couillard.

François Legault s'est redéfini une nouvelle fois comme «nationaliste d'abord» par opposition à Philippe Couillard, qui, martèle-t-il, «accepte n'importe quoi» du reste du Canada.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer