Jacques Parizeau chantre de l'indépendance

  • Jacques Parizeau en 1970 (Archives Le Soleil)

    Plein écran

    Jacques Parizeau en 1970

    Archives Le Soleil

  • 1 / 18
  • Jacques Parizeau se disait fier d'appartenir à une génération de politiciens qui appelaient «un chat, un chat». L'exemple à suivre venait de très haut. De René Lévesque (à droite) lui-même. On voit les deux hommes en 1982, lors d'une rencontre des premiers ministres à Ottawa. Parizeau est alors ministre des Finances sous le gouvernement Lévesque. (Archives La Presse Canadienne)

    Plein écran

    Jacques Parizeau se disait fier d'appartenir à une génération de politiciens qui appelaient «un chat, un chat». L'exemple à suivre venait de très haut. De René Lévesque (à droite) lui-même. On voit les deux hommes en 1982, lors d'une rencontre des premiers ministres à Ottawa. Parizeau est alors ministre des Finances sous le gouvernement Lévesque.

    Archives La Presse Canadienne

  • 2 / 18
  • Le ministre des Finances Jacques Parizeau en 1983 ()

    Plein écran

    Le ministre des Finances Jacques Parizeau en 1983

  • 3 / 18
  • Jacques Parizeau, accompagné de Guy Chevrette et de Nadia Assimopoulous célèbre sa nomination en tant que chef du Parti québécois en 1988. (Archives La Presse Canadienne)

    Plein écran

    Jacques Parizeau, accompagné de Guy Chevrette et de Nadia Assimopoulous célèbre sa nomination en tant que chef du Parti québécois en 1988.

    Archives La Presse Canadienne

  • 4 / 18
  • En juillet 1989, Jacques Parizeau a rencontré le maire de Québec Jean Pelletier (à droite), en compagnie du député Jean Garon (extrême gauche). (Archives Le Soleil)

    Plein écran

    En juillet 1989, Jacques Parizeau a rencontré le maire de Québec Jean Pelletier (à droite), en compagnie du député Jean Garon (extrême gauche).

    Archives Le Soleil

  • 5 / 18
  • Jacques Parizeau le 26 octobre 1992 à Montréal (Archives Reuter)

    Plein écran

    Jacques Parizeau le 26 octobre 1992 à Montréal

    Archives Reuter

  • 6 / 18
  • Lisette Lapointe et Jacques Parizeau le 26 septembre 1994 (Archives La Presse Canadienne)

    Plein écran

    Lisette Lapointe et Jacques Parizeau le 26 septembre 1994

    Archives La Presse Canadienne

  • 7 / 18
  • Jacques Parizeau livre son discours de la victoire le 12 septembre 1994. À droite: le chef du Bloc québécois de l'époque, Lucien Bouchard. (Archives La Presse Canadienne)

    Plein écran

    Jacques Parizeau livre son discours de la victoire le 12 septembre 1994. À droite: le chef du Bloc québécois de l'époque, Lucien Bouchard.

    Archives La Presse Canadienne

  • 8 / 18
  • Jacques Parizeau reçoit l'appui de ses partisans à Montréal, cinq jours avant le référendum du 30 octobre 1995. (Archives La Presse Canadienne)

    Plein écran

    Jacques Parizeau reçoit l'appui de ses partisans à Montréal, cinq jours avant le référendum du 30 octobre 1995.

    Archives La Presse Canadienne

  • 9 / 18
  • Jacques Parizeau en campagne pour le Oui le 3 octobre 1995 à Montmagny (Archives La Presse Canadienne)

    Plein écran

    Jacques Parizeau en campagne pour le Oui le 3 octobre 1995 à Montmagny

    Archives La Presse Canadienne

  • 10 / 18
  • Jacques Parizeau salue des partisans du Oui à l'Université Laval lors de la campagne référendaire de 1995.  (Archives La Presse Canadienne)

    Plein écran

    Jacques Parizeau salue des partisans du Oui à l'Université Laval lors de la campagne référendaire de 1995. 

    Archives La Presse Canadienne

  • 11 / 18
  • Jacques Parizeau le 30 octobre 1995, où il explique à ses supporters l'échec du référendum (Archives La Presse Canadienne)

    Plein écran

    Jacques Parizeau le 30 octobre 1995, où il explique à ses supporters l'échec du référendum

    Archives La Presse Canadienne

  • 12 / 18
  • Bernard Landry (à droite), alors premier ministre du Québec, écoute son prédécesseur Jacques Parizeau, le 15 août 2002 (Archives La Presse Canadienne)

    Plein écran

    Bernard Landry (à droite), alors premier ministre du Québec, écoute son prédécesseur Jacques Parizeau, le 15 août 2002

    Archives La Presse Canadienne

  • 13 / 18
  • Jacques Parizeau, Lisette Lapointe et Gilles Duceppe lors du «couronnement» de Pauline Marois à la tête du Parti québécois, le 27 juin 2007 (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

    Plein écran

    Jacques Parizeau, Lisette Lapointe et Gilles Duceppe lors du «couronnement» de Pauline Marois à la tête du Parti québécois, le 27 juin 2007

    Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

  • 14 / 18
  • Jacques Parizeau le 6 juin 2011 (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Jacques Parizeau le 6 juin 2011

    Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

  • 15 / 18
  • Lorsque sa femme, Lisette Lapointe, a quitté le PQ en juin 2011, Jacques Parizeau était à ses côtés à sa sortie de l'Assemblée nationale. (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Lorsque sa femme, Lisette Lapointe, a quitté le PQ en juin 2011, Jacques Parizeau était à ses côtés à sa sortie de l'Assemblée nationale.

    Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

  • 16 / 18
  • Jacques Parizeau lors d'une cérémonie à Québec le 16 novembre 2011 (Archives La Presse Canadienne)

    Plein écran

    Jacques Parizeau lors d'une cérémonie à Québec le 16 novembre 2011

    Archives La Presse Canadienne

  • 17 / 18
  • Jacques Parizeau le 2 mars 2013 (Archives La Presse Canadienne)

    Plein écran

    Jacques Parizeau le 2 mars 2013

    Archives La Presse Canadienne

  • 18 / 18

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Jacques Parizeau n'a jamais dévié de ses convictions en faveur de la souveraineté.

Il l'a aperçue de si près, mais il n'a pas réussi à toucher terre. L'indépendance du Québec est demeurée un rêve inaccessible et, de son propre aveu, un échec personnel.

Tout au long de la journée, les témoignages ont afflué pour rappeler que M. Parizeau a consacré sa vie publique à amener le Québec dans le forum des nations.

Après de brillantes études qui lui ont fait décrocher un doctorat au London School of Economics, en Angleterre, il fait partie des jeunes hauts fonctionnaires qui feront la Révolution tranquille. Au hasard d'un voyage en train à Banff, en Alberta, où il livre un discours, il acquiert la conviction qui le suivra toute sa carrière, a-t-il souvent raconté, dont à tous ceux avec qui Le Soleil s'est entretenu.

Au fil de ses réflexions, il conclut alors que la société différente du reste du Canada qu'est le Québec ne peut que vouloir «toujours plus de pouvoirs», rapporte son plus fidèle conseiller, Jean Royer. «Mais plus [le Canada] en donne, plus ce n'est pas assez!» Cela ne peut que conduire le Canada à perdre «la cohésion nécessaire à un gouvernement national. D'où la nécessité que chacun parte avec ses propres affaires», résume l'ancien chef de cabinet.

«Au cours de ce voyage», confirme Louis Bernard, un collègue de M. Parizeau chez les mandarins de la fonction publique, «c'est devenu clair que tout ce que le Québec faisait pour réformer le fédéralisme correspondait à nos besoins. Mais ce n'était pas sûr que ça corresponde aux besoins du reste du Canada», disait-il.

Très tôt, Jacques Parizeau effectue un choix «fondamental», le service public, reprend Jean Royer. La tâche de moderniser le Québec le conduit à la conclusion que les «problèmes de partage des pouvoirs» sont insolubles, à moins d'accéder à la souveraineté, se dit M. Parizeau.

Le service public, ce sera «d'embarquer en politique, poursuit

M. Royer. Ce n'est pas un choix qui lui plaît. La politique n'est pas la partie la plus agréable, mais il fait le choix de s'investir à 100 milles à l'heure, uniquement pour que ça arrive.»

À travers cet engagement, de durs combats, René Lévesque a été davantage frappé par la première défaite référendaire de 1980 que Jacques Parizeau qui se relève plus vite, estime Louis Bernard.

Rupture douloureuse

Mais la rupture sera douloureuse avec René Lévesque lorsque ce dernier décide d'y aller avec le «beau risque» que représente la tentative de renouveler le fédéralisme canadien, explique l'ancien secrétaire général du Québec. En 1984, il démissionne dans une atmosphère de crise.

Jean Royer voit sa lettre de démission «très digne», tente de le convaincre de ne pas partir ainsi. «M. Royer, vous me connaissez suffisamment pour savoir que mes sentiments, je garde cela pour ma femme et la musique.»

En 1995, au second plébiscite sur la souveraineté, «c'est tout ou rien. Il gagnait ou il n'avait plus sa place, se rappelle M. Bernard. Il ne voulait pas gouverner une province.»

Jean Royer insiste que la décision de quitter la politique après la défaite du Oui était tout sauf une surprise. «Cent fois plutôt qu'une», dit le conseiller, Jacques Parizeau lui répète qu'advenant un Non, il part.

«Un homme qui assume»

Ce soir fatidique du 30 octobre, il y va d'une déclaration qui le hantera désormais. Le Oui a été battu «par quoi? Par l'argent puis des votes ethniques, essentiellement». M. Royer admet qu'il a été profondément blessé par le tollé que cela a provoqué. Voulez-vous vous excuser, mettre en contexte, demande-t-il, le lendemain. «Non, je vais assumer ce que j'ai dit», se fait-il répondre. «C'était un homme qui assume.»

M. Parizeau a par la suite tenté d'expliquer des propos sur le vote ethnique que Jean Royer attribue à une «colère non contenue. Pourtant, c'était tellement contre sa nature... Sa première femme [Alice Parizeau, née Alicja Poznaska] était polonaise...»

Référendum de 1995: discours de Jacques Parizeau

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer