La dernière grande entrevue de Jacques Parizeau

Jacques Parizeau en 2011... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Jacques Parizeau en 2011

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'ex-premier ministre Jacques Parizeau avait accordé sa dernière longue entrevue en février au journaliste Michel Lacombe, d'ICI Radio-Canada Première. Extraits de quelques-unes de ses déclarations.

SUR LE QUÉBEC D'AUJOURD'HUI

«La maison est... [long silence]... malade. Pendant des années, on a accompli, et rapidement, des choses extraordinaires. Cet enthousiasme s'en est allé. Tout est devenu compliqué, lent, difficile, poussif. Quand on est déçu, on se fait une belle image comme substitut à la réalité. On parle de nos belles lois, mais elles ne sont pas respectées. Il y a sept inspecteurs pour la surveillance de 2000 résidences pour personnes âgées. On a laissé les gens seuls. On dirait que l'État n'est pas de leur côté.

SUR L'ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE

«Le ralentissement est sérieux. Tant que le dollar canadien était à 75 cents américains, c'était comme une sorte de chloroforme. La baisse de productivité était masquée par la baisse de la devise. Ça donnait l'illusion que c'était facile de vendre à l'étranger, qu'il n'était pas nécessaire d'améliorer la productivité des entreprises. Avec le dollar canadien qui remonte, on se rend compte que le roi est nu. Beaucoup d'entreprises ne sont plus rentables. Malheureusement, on avait oublié de regarder le problème en face. Comme d'habitude, on a embarqué dans les matières premières avec le Plan Nord. C'est bien beau creuser des trous, ça donne du travail, mais ça ne change rien aux structures fondamentales de l'économie. On constate que la plupart des PME québécoises sont en retard sur le plan informatique et robotique. Quand je parle de remède de cheval, c'est s'adresser aux PME en mettant l'accent sur la modernisation et l'innovation. Les imprimantes 3D, par exemple, c'est la prochaine révolution industrielle. Ça nous pend au bout du nez.»

SUR LE PARTI QUÉBÉCOIS

«On démolit graduellement ce parti-là. On lui a fait perdre son âme, sa vision, son enthousiasme dans des discussions byzantines. On s'est égarés sur les dates du référendum. Mais on s'en fout... On fait un référendum quand on est prêt et que les circonstances s'y prêtent. Ils n'ont pas l'air de croire en eux, comment voulez-vous que les autres croient en eux? Dans l'état actuel des choses, tout est à reconstruire.

SUR LE RAPPORT DU QUÉBEC AU RESTE DU MONDE

«On se regarde le nombril tout le temps. Je crois que ça vient de l'école. On a eu tort de massacrer les cours d'histoire, de supprimer des cours qui ouvrent l'esprit, comme la géographie. On a une vue très superficielle de ce qui se passe dans le monde. On a trop d'informations et pas assez de formation. On a perdu une perspective sur le monde qui nous amène à déformer ce qui nous arrive. On donne à nos problèmes des dimensions ahurissantes qui dépassent le sens commun. Quand on se compare avec la Grèce, par exemple. Voyons! Le quart de la Grèce est au chômage. Dans certains pays du sud de l'Europe, la moitié des jeunes n'ont pas d'emploi, et on ose se comparer à eux. Non, mais on est malades...»

SUR LES JEUNES

«Ils sont collectivement très ambitieux. Ce ne sont pas, si vous me permettez l'expression, des loosers. Ils savent ce que ça prend pour réussir. C'est toute une claque par rapport aux générations précédentes. Je trouve ça excitant.»

SUR LE TRAVAIL DE POLITICIEN

«C'est désolant, la politique comme métier, avec ces rapports interpersonnels compliqués. J'avais l'habitude de dire que c'était un "océan d'orteils"... Mais si on veut changer les choses, c'est inévitable, il faut faire de la politique.»

SUR SON EXPÉRIENCE DE PREMIER MINISTRE

«J'aurais voulu gagner. Faire la souveraineté du Québec, c'est la seule raison pour laquelle j'étais entré en politique. J'ai raté mon coup. J'aurais voulu être un premier ministre qui a eu du succès, qui a atteint son objectif.»

L'IMPORTANT À LA FIN D'UNE VIE

«Après des années d'une vie bousculée, se retrouver en paix avec soi-même.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer