Des funérailles d'État pour Parizeau et le siège de la CDPQ à son nom

Jacques Parizeau salue la foule après son discours... (La Presse Canadienne, Paul Chiasson)

Agrandir

Jacques Parizeau salue la foule après son discours d'adieu lors du Conseil national du Parti québécois le 27 janvier 1996, deux jours avant sa démission officielle comme premier ministre du Québec.

La Presse Canadienne, Paul Chiasson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jacques Parizeau aura droit à des funérailles d'État, a annoncé mardi le premier ministre Philippe Couillard. Son gouvernement fera aussi en sorte que le siège de la Caisse de dépôt et placement à Montréal porte son nom.

Lorsque sa femme, Lisette Lapointe, a quitté le... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet) - image 1.0

Agrandir

Lorsque sa femme, Lisette Lapointe, a quitté le PQ en juin 2011, Jacques Parizeau était à ses côtés à sa sortie de l'Assemblée nationale.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Le fleurdelisé flottant sur l'Assemblée nationale a été... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.1

Agrandir

Le fleurdelisé flottant sur l'Assemblée nationale a été placé en berne tôt mardi matin.

Le Soleil, Patrice Laroche

Toute l'Assemblée nationale a rendu hommage à «Monsieur», décédé lundi soir à l'âge de 84 ans.

Philippe Couillard a qualifié l'ancien premier ministre d'«homme d'État exceptionnel». Il a insisté sur le fait qu'il a consacré sa vie au service public québécois.

Il a particulièrement salué son apport au développement économique du Québec. «Il y a son message politique qui lui appartient, mais son legs principal est un legs économique de confiance pour nous, les francophones, qu'il était possible (...) de prendre en main les outils de notre développement.»

M. Couillard et les autres chefs politiques ont décrit M. Parizeau comme un «grand bâtisseur».

PÉLADEAU INSPIRÉ PAR PARIZEAU

Jacques Parizeau a été «un grand artisan du Québec moderne», a déclaré Pierre Karl Péladeau, qui dit s'inspirer de lui.

C'est après une rencontre avec lui, il y a quelques années, que le nouveau chef du Parti québécois a commencé à réfléchir à son «propre engagement en politique pour l'indépendance du Québec».

«Jacques Parizeau, c'est l'homme de la modernité du Québec. Il initia ou participa à la création des plus importants leviers économiques de notre nation : la Régie des rentes, la Caisse de dépôt et placement du Québec, ainsi que la Société générale de financement. Il institua le Régime épargne-actions. Son apport est aussi considérable pour la création du Fonds de solidarité de la FTQ.»

Grâce à lui, a souligné M. Péladeau, «la nation québécoise a franchi les portes de la modernité jusqu'aux abords du pays du Québec».

«Le meilleur hommage que nous puissions lui rendre, c'est de continuer. Comme il nous l'a dit : "Quand nous échouons de si peu, on se crache dans les mains puis on recommence." Son oeuvre est inachevée, mais le chemin est tout tracé. Nous suivrons ses pas.»

M. Péladeau dit sentir qu'à l'heure actuelle, «durant ces partielles qui sont en train de se dérouler, le Parti québécois est résolument engagé pour faire du Québec un pays».

Ces dernières années, Jacques Parizeau avait souvent dénoncé le flou entretenu par le Parti québécois sur la question référendaire, disant même que sa formation politique était devant un «champ de ruines».

RÉALISATIONS CONCRÈTES

Le chef caquiste, François Legault, a noté que Jacques Parizeau aurait pu faire carrière n'importe où dans le monde. «Aux côtés des Jean Lesage et des René Lévesque, il fait partie des grands bâtisseurs du Québec.»

Et sur le projet de souveraineté du Québec? «On a un différend sur le timing», a commencé par dire

M. Legault avant d'indiquer qu'il ne voulait pas «faire des analyses sur la date du prochain référendum».

La députée de Québec solidaire, Françoise David, a rappelé que Jacques Parizeau a défilé à ses côtés lors de la Marche du pain et des roses, en 1995.

«M. Parizeau était un authentique social-démocrate (...). L'indépendance ne mobilisera pas les gens si on n'est pas capable d'y associer un projet social», a-t-elle ajouté.

Le député Jean-François Lisée a énuméré des réalisations concrètes de Jacques Parizeau : «Le projet de loi sur l'équité salariale, c'est lui; la perception automatique des pensions alimentaires, c'est lui; la reconnaissance des groupes communautaires, la création des carrefours jeunesse-emploi, c'est lui; la réintroduction des cours de métier dans les écoles secondaires, la formation professionnelle en entreprise, c'est lui; l'embellissement spectaculaire du pourtour de l'Assemblée nationale, le grand amant de la ville de Québec, c'est lui.»

L'annonce du décès de Jacques Parizeau a été communiquée par son épouse, Lisette Lapointe, en début de nuit lundi.

«L'homme de ma vie est parti. Tout en douceur, entouré de plein d'amour. Après un combat titanesque, hospitalisé durant cinq mois, traversant les épreuves les unes après les autres, avec un courage et une détermination hors du commun, il a dû rendre les armes ce soir, 1er juin, un peu avant 20 heures. Nous sommes dévastés. Nous l'aimons et l'aimerons toujours.»

Jacques Parizeau rigole avec Lucien Bouchard lors d'une... (La Presse Canadienne, Ryan Remiorz) - image 2.0

Agrandir

Jacques Parizeau rigole avec Lucien Bouchard lors d'une réception organisée par le Bloc québécois à Montréal, en octobre 1994. 

La Presse Canadienne, Ryan Remiorz

JOURNÉE BOULEVERSÉE

La journée politique et parlementaire à Québec a été bouleversée par le décès de Jacques Parizeau. Le premier ministre Couillard a reporté à une date ultérieure le lancement de la Stratégie maritime à laquelle il devait procéder à Montréal.

Les partis politiques se sont entendus pour annuler tous les travaux parlementaires, notamment la commission à laquelle devait prendre part le jurisconsulte Claude Bisson sur les fiducies sans droit de regard et le Code d'éthique des élus.

Le fleurdelisé flottant sur l'Assemblée nationale a été placé en berne tôt mardi matin.

FUNÉRAILLES

Jacques Parizeau a laissé des instructions détaillées sur la tenue de ses funérailles. Elles s'arrimeront avec les funérailles d'État.

Les funérailles d'État sont décrites ainsi par le ministère des Relations internationales du Québec, qui gère le protocole en la matière : «Le cérémonial formel prévoit que la salle du Conseil législatif de l'hôtel du Parlement peut être retenue pour l'exposition de la dépouille d'un ex-premier ministre ou d'un premier ministre en exercice. Le public peut s'y déplacer pour rendre hommage au défunt et présenter ses condoléances à la famille. La mise en berne du drapeau du Québec se fait dès l'annonce du décès et dure jusqu'au crépuscule du jour des funérailles, pour tous les drapeaux visés par le Règlement sur le drapeau du Québec. Enfin, des agents de la Sûreté du Québec portent le cercueil, qui est recouvert du drapeau du Québec.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer