Péladeau empêche la venue des Nordiques, croit Legault

«Écoutez, tout le monde souhaitait avoir une équipe.... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

«Écoutez, tout le monde souhaitait avoir une équipe. Mais là on voit, malheureusement, M. Péladeau est peut-être dans une position difficile pour avoir une équipe», a déclaré François Legault.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vers un nouveau Colisée

Actualité

Vers un nouveau Colisée

Un groupe de gens d'affaires veut doter Québec d'un nouvel amphithéâtre multifonctionnel pouvant accueillir tant des matchs sportifs que des spectacles. Le projet a ses partisans comme ses détracteurs. »

(Québec) La ferveur indépendantiste de Pierre Karl Péladeau est un obstacle au retour des Nordiques, croit le chef caquiste. François Legault estime en rétrospective qu'il aurait mieux valu attendre l'arrivée d'une équipe avant d'investir dans l'amphithéâtre.

«Écoutez, tout le monde souhaitait avoir une équipe. Mais là on voit, malheureusement, que M. Péladeau est peut-être dans une position difficile pour avoir une équipe», a déclaré M. Legault, ce matin.

Le caquiste a avancé que le problème vient du fait que Pierre Karl Péladeau demeure actionnaire de contrôle de Québecor, gestionnaire d'un amphithéâtre destiné à accueillir une éventuelle concession du hockey professionnel, tout en ayant maintenant accédé à la tête du Parti québécois (PQ). En 2012, M. Legault avait qualifié de «désespéré» le commentaire du libéral Jean Charest, déclarant que l'élection du Parti québécois nuirait à l'entrée de Québec dans la Ligue nationale de hockey.

En point de presse, le meneur de la Coalition avenir Québec a nié tenir des propos contradictoires. «M. Péladeau n'était pas le chef [du PQ, en 2012]. Il n'était même pas identifié comme souverainiste. Il n'y avait pas de problème. Le problème est la division entre les affaires et la politique. C'est difficile de marier [les deux mondes], très difficile.»

En matinée, le chef de la Coalition avenir Québec a mentionné que dans certains cercles montréalais, le mot circule que la capitale n'aura pas d'équipe tant que M. Péladeau «sera là». «Je pense que les propriétaires d'équipes ont tous des droits de veto, a déclaré M. Legault.

«Est-ce que ça leur tente, les Molson, de donner une équipe à M. Péladeau? [...] Je pense que le fait que M. Péladeau soit un indépendantiste... On sait très bien, que ce soit les propriétaires de Toronto ou les propriétaires du Canadien, ce ne sont pas des indépendantistes et ils n'aiment pas ça, l'indépendance du Québec.»

Baseball à Montréal

En réponse à une question sur un éventuel retour du baseball à Montréal, M. Legault a dit qu'il faut «tirer une leçon de Québec et attendre d'avoir la confirmation d'une équipe avant d'investir des montants importants publics dans un nouveau stade».

«Écoutez, moi, je n'en vois pas d'équipe qui s'en vient à court terme, et on a un aréna, a dit M. Legault. On est dans une situation où on a souhaité avoir une équipe. Tout le monde l'a souhaité. Et puis, on n'en a pas, d'équipe.»

L'attaché de presse de M. Legault a appelé Le Soleil pour souligner la nuance entre tirer une leçon de ce qui s'est passé à Québec, ce que prône M. Legault, et dire qu'il aurait mieux valu à l'époque attendre une équipe avant de mettre des fonds publics dans l'amphithéâtre.

À Paris, où il a été invité à la cérémonie d'intronisation de Dany Laferrière à l'Académie française, Pierre Karl Péladeau a accueilli avec un sourire ironique la sortie de son adversaire politique. Devant la caméra de Radio-Canada, il s'est montré plus optimiste que jamais.

M. Péladeau a rappelé que Québecor a conclu un accord avec la Ligue nationale de hockey pour les droits de diffusion des matchs. «Certainement que le rapprochement est encore plus solide qu'il l'était antérieurement. Et j'ai bon espoir qu'il y aura à Québec une équipe de hockey professionnel», a-t-il laissé tomber.

«Pitoyable», dit Mario Beaulieu

Invité à commenter les propos de François Legault, selon lesquels la ferveur souverainiste de Pierre Karl Péladeau nuirait au retour des Nordiques, le chef du Bloc québécois, Mario Beaulieu, n'a pas manqué de rappeler le passé souverainiste du chef de la Coalition avenir Québec. «C'est un peu pitoyable de le voir aller quand on sait qu'il y a quelques années, il a fait un petit fascicule sur les avantages de l'indépendance», a souligné M. Beaulieu, qui ne comprend pas le lien fait par M. Legault. «Les gens d'affaires sont là pour faire de l'argent. Indépendance ou pas, business as usual», a dit le chef du Bloc avant de se lancer dans une envolée en faveur de l'indépendance. «Est-ce que c'est mieux d'être propriétaire ou locataire sur notre territoire? Moi, je pense que c'est mieux d'être propriétaire et d'avoir des politiques [...] qui reflètent nos intérêts économiques.» Élisabeth Fleury

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer