Les libéraux sombrent dans le harcèlement, dit Péladeau

Pierre Karl Pladeau s'est rendu sur la rue... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Pierre Karl Pladeau s'est rendu sur la rue Maguire, mercredi, afin de soutenir son candidat Clément Laberge (à gauche) qui tente de charmer les électeurs de la circonscription de Jean-Talon.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pierre Karl Péladeau accuse les libéraux de pratiquer le «harcèlement» en revenant sans cesse sur sa situation d'actionnaire de contrôle de Québecor et de politicien.

Le chef du Parti québécois s'en remettra au jugement des électeurs, prévient-il. Ce sont eux qui décideront si sa situation pose problème ou pas.

«Ce sera à la population le cas échéant de déterminer s'il y en a trop ou pas assez», a déclaré le chef du Parti québécois après avoir laissé tomber le mot harcèlement au milieu d'une phrase.

Le «suffrage universel» tranchera le tout, a-t-il enchaîné et réitéré lors d'un point de presse tenu mercredi dans la circonscription de Chauveau. Il s'y est rendu pour soutenir son candidat Sébastien Couture.

«Vous vous sentez harcelé par les libéraux?», lui a-t-on demandé. «On vient encore une fois d'en faire la démonstration. Quelle est la nature du rapprochement entre Hydro-Québec et Vidéotron? Il n'y a aucun rapport [entre les deux]. Hydro-Québec est une propriété collective», a-t-il insisté.

VIDÉOTRON PLUS VORACE

À l'Assemblée nationale, plus tôt, le député péquiste Bernard Drainville s'était insurgé du taux d'intérêt de 14,4 % appliqué par Hydro-Québec aux factures des payeurs retardataires.

Le Parti québécois est mal avisé de dénoncer les taux d'intérêt de «shylock» imposés par la société d'État, puisque ceux de Vidéotron, propriété du chef de l'opposition, sont encore plus élevés, a répliqué le ministre Arcand.

«Je serais curieux de savoir comment Vidéotron, Québecor Média, l'ensemble de ces entreprises-là, fonctionnent», avait d'abord commencé le ministre. Puis, soudainement : «On vient de me donner l'information : dans le cas de Vidéotron, quand les clients sont en retard, c'est 19,56 %!»

En point de presse, Pierre Arcand a dit ne pas apprécier les «leçons de morale» de l'opposition officielle. Plus de 200 000 ententes de paiement sont réalisées annuellement par Hydro-Québec, a-t-il rappelé. La Régie de l'énergie estime toutefois que des efforts supplémentaires doivent encore être faits pour les familles à faible revenu.

DRAINVILLE FÂCHÉ

Le député péquiste Drainville n'en revient tout simplement pas de la réplique du ministre. La comparaison entre un monopole d'État et une entreprise privée dans un marché concurrentiel ne tient pas la route, selon lui. «Les libéraux défendent leurs intérêts plutôt que de prendre la défense des gens», a-t-il affirmé. Ils devraient se mettre à leur place plutôt que de faire des cheap shots politiques. [...] Si tu trouves que Vidéotron abuse, tu peux aller chez Bell, chez Telus, chez un autre concurrent. [...] Je trouve ça imbécile.»

Le chef caquiste croit aussi que le gouvernement Couillard a été «déplacé» en faisant «indirectement la promotion de Bell». «Ça n'a pas de bon sens», a dit François Legault. Le ministre «prend position contre une compagnie privée, voyons donc, ça ne se fait pas», ajoute-t-il.

«Je n'appellerais pas ça du harcèlement, mais disons que c'est un manque de jugement.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer