Poids dans l'UMQ: Labeaume dit «comprendre» les critiques

Régis Labeaume... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Régis Labeaume

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Régis Labeaume dit «comprendre» le maire de La Tuque qui reproche à Québec et Montréal d'en mener trop large dans l'Union des municipalités du Québec. Mais le maire de Québec n'a aucune intention de quitter l'organisation.

«Denis et moi, on défend nos gens. C'est sûr qu'on a du poids parce qu'on représente presque 60 % du Québec à nous deux», a répliqué M. Labeaume en allusion au maire de la métropole, Denis Coderre.

«Mais on est là pour aider», a-t-il poursuivi à propos de l'UMQ. Montréal et Québec ont réintégré cette organisation respectivement en 2012 et en 2013 à l'invitation de l'ancien président Éric Forest.

Régis Labeaume commentait un reportage du Nouvelliste paru lundi et dans lequel le maire de La Tuque, Normand Beaudoin, dit considérer que les grandes villes du Québec occupent trop de place au sein de l'UMQ au détriment des petites municipalités comme la sienne.

Il craint que le pouvoir d'influence des plus petites villes ne s'en trouve dilué. «Les deux métropoles n'ont pas besoin de l'UMQ. Elles se servent de l'UMQ pour dire au gouvernement : "Voici, c'est ça qu'on veut". Moi, je ne suis pas d'accord avec ça. Ni M. Labeaume ni M. Coderre n'ont besoin de l'UMQ pour parler au premier ministre ou au ministre», a dit M. Beaudoin au Nouvelliste.

L'UMQ, a ajouté le maire de La Tuque, «doit se tenir loin de ces gens-là». «Sinon elle va perdre l'appui de plusieurs maires de région, comme moi. Nous, les petites villes, on est pris en otage», peut-on lire.

Sur le point du rapport au gouvernement toutefois, Régis Labeaume dit comprendre M. Beaudoin. «Le maire de La Tuque a raison en disant qu'on n'a pas besoin de l'UMQ pour parler au gouvernement», a-t-il reconnu.

Mais pour le reste, Régis Labeaume admet ne pas trop savoir quoi répondre à de tels commentaires. «S'ils préfèrent qu'on n'y soit pas, je n'ai pas de problème. Mais financièrement, c'est important pour eux autres. Je ne sais pas quoi répondre à ça, a-t-il dit. J'essaye de tenir mon rang et de ne pas trop intervenir, mais je suis obligé de faire mon travail. Je ne connais pas la solution. C'est embêtant.» 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer