Legault se moque du «succès» de Péladeau en affaires

François Legault était de passage dans la circonscription... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

François Legault était de passage dans la circonscription de Chauveau, mardi, pour donner un coup de main à la candidate caquiste Jocelyne Cazin. Éric Caire était aussi de la partie.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le succès en affaires du nouveau chef péquiste Pierre Karl Péladeau est loin d'être aussi reluisant que certains veulent bien le croire, selon son adversaire caquiste François Legault.

En 14 ans à la tête de l'empire Québecor, le député de Saint-Jérôme n'est pas parvenu à fournir aux actionnaires un rendement supérieur à celui des obligations d'épargne du gouvernement québécois, a raillé le chef de la Coalition avenir Québec, mardi. Et il a dû revendre la chaîne de télévision canadienne anglophone Sun News pour moins de la moitié du milliard payé pour l'acquérir.

«Je ne crois pas que ce soit un succès, a lancé M. Legault. Il faut travailler très fort pour perdre 500 millions $. Il a été capable de le faire.»

Il assure ne pas craindre qu'un autre homme d'affaires à succès vienne porter ombrage à sa propre image de marque politique. «Moi, je ne veux pas de référendum sur la souveraineté, donc on a toute une différence de casting», a-t-il déclaré.

Le chef caquiste est à retravailler le budget de l'an 1, qu'il avait ébauché du temps où il était au Parti québécois, pour embêter le nouveau chef de l'opposition officielle. Le travail devrait être terminé au cours des prochains mois. «Lorsque j'ai fait le budget de l'an 1, la péréquation s'élevait à quatre milliards, insiste M. Legault. Aujourd'hui, le Québec reçoit 9,5 milliards. Donc, ça change le portrait. M. Péladeau va devoir nous dire où il va prendre l'argent qui manque.»

Le chef caquiste qualifie de «lune de miel temporaire» l'embellie actuelle pour le PQ dans l'opinion publique. Un sondage Léger publié mardi dans le Journal de Québec soutient que le PQ est présentement en avance, à 34 %, contre 32 % pour les libéraux et 20 % pour la CAQ. La formation souverainiste est portée par la visibilité obtenue lors de la course à la chefferie, mais le test de la réalité fera mal au PQ, croit-il.

Dans la circonscription de Chauveau, où M. Legault était en avant-midi, le PQ n'est pas du tout dans la course, croit-il. «On a de la misère à trouver des péquistes, affirme-t-il. La question est plus de savoir si les libéraux ont profité de la polarisation de l'arrivée de M. Péladeau», note M. Legault.

Sa candidate, l'ex-animatrice de TVA Jocelyne Cazin, estime elle aussi que le nouveau chef péquiste devra placer ses avoirs dans une fiducie sans droit de regard. «Je pense qu'il ne pourra pas soutenir très longtemps les deux rôles, celui dans le showbusiness et le rôle de chef politique, croit-elle. Ça va être insoutenable assez pour les employés. [...] Je pense aux employés et aux journalistes plus jeunes, c'est certain que ces gens-là doivent sentir la pression.»

Le premier ministre libéral Philippe Couillard doit dire aux électeurs s'il empêchera les commissions scolaires de hausser les taxes au-delà de l'inflation avant le scrutin du 8 juin, exhortent les caquistes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer