Péladeau, «un souffle nouveau» pour Agnès Maltais

Agnès Maltais considère que le huitième chef du... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Agnès Maltais considère que le huitième chef du PQ, grâce à son passé d'homme d'affaires, dégage une aura positive à Québec.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'arrivée de Pierre Karl Péladeau à la tête du Parti québécois (PQ) donne «un nouveau souffle» à Agnès Maltais, seule à défendre les couleurs des péquistes dans la région de Québec. Elle avance que la population de la capitale a déjà confiance en lui grâce à son passé d'homme d'affaires symbolisant «la réussite et la fierté».

C'est en fait tout le PQ qui souhaite que son nouveau chef insuffle un vent de changement dans la capitale, où la situation est particulièrement difficile ces dernières années.

«C'est ce qu'on espère, c'est ce que les militants espèrent puisqu'ils ont voté pour lui», a déclaré Mme Maltais quelques minutes après le couronnement de M. Péladeau.

La députée de Taschereau considère que le huitième chef du PQ, grâce à son passé d'homme d'affaires, dégage une aura positive à Québec - on n'a qu'à penser au contrat de gestion du Centre Vidéotron signé entre Québecor et la Ville de Québec. Mme Maltais, rappelons-le, avait porté le projet de loi 204, qui devait faciliter ladite entente.

«C'est sûr que dans la région, Pierre Karl Péladeau symbolise déjà la réussite, la fierté. Il vient beaucoup dans la région, il est connu. Il croit en la région et son développement économique. Ce sont des choses qui parlent aux gens», a-t-elle énuméré.

Mme Maltais croit que Pierre Karl Péladeau, l'homme politique, pourra bâtir sur de solides fondations à Québec au regard de ce qu'il a semé dans le passé. «Dans le temps où il était simple homme d'affaires, les gens avaient confiance en lui, et je pense que cette confiance-là ne peut être que bénéfique pour le Parti québécois.»

D'un point de vue plus personnel, elle admet qu'elle ressent un regain d'énergie avec l'arrivée de M. Péladeau. «C'est clair que ça me donne du souffle. Je pars derrière quelqu'un qui connaît la région profondément.»

À deux semaines du premier tour, en rassemblement dans la capitale, Pierre Karl Péladeau avait déclaré qu'il voulait voir Québec jouer dans la cour des grandes capitales mondiales. «La ville de Québec est fière, ambitieuse, elle carbure au succès. Quand j'étais en affaires, j'ai vu cela. J'ai fait confiance aux gens de Québec et je continuerai à le faire comme futur chef du Parti québécois», avait-il déclaré.

Il faut aussi s'attendre à voir M. Péladeau sur le terrain dans la région de Québec dans les prochaines semaines. Avant de céder sa place, l'ex-chef intérimaire du PQ, Stéphane Bédard, a affirmé dans son discours que le prochain chef devrait appuyer les candidats péquistes aux élections partielles de Chauveau et de Jean-Talon. M. Péladeau s'y était déjà engagé comme candidat.

À ce sujet, Agnès Maltais soutient que les péquistes ont grand besoin de la région de Québec s'ils aspirent à former le prochain gouvernement. «Sans la région, c'est sûr que c'est difficile d'arriver au gouvernement. Alors oui, je souhaite qu'il y ait l'effet qui est attendu par tout le monde.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer