«On sera encore meilleurs», dit Stéphane Bédard

Stéphane Bédard est devenu chef intérimaire du PQ... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Stéphane Bédard est devenu chef intérimaire du PQ le 10 avril 2014, trois jours après la cinglante défaite des péquistes aux élections générales du 7 avril et la démission de Pauline Marois.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après une année partagée entre une longue course à la chefferie et le rôle de première opposition, Stéphane Bédard, chef intérimaire du Parti québécois (PQ), estime que sa formation sortira «améliorée» de cette période de transition. Et avec un nouveau chef, «on sera encore meilleurs», assure-t-il.

Stéphane Bédard est devenu chef intérimaire du PQ le 10 avril 2014, trois jours après la cinglante défaite des péquistes aux élections générales du 7 avril et la démission de Pauline Marois.

Sa priorité aura été de mettre en place une opposition forte à l'Assemblée nationale, malgré une troupe de seulement 30 députés. «Je crois qu'on l'a bien incarné [l'opposition officielle]», dit-il en guise de bilan. «On a réussi à faire une course et, en même temps, d'assumer le mandat d'opposition.»

Fin d'un long mandat

Terminant de son propre aveu «un très long» mandat de chef par intérim, le député de Chicoutimi soutient que le PQ sera assurément plus fort dès l'entrée en poste de son nouveau chef.

«C'est sûr que c'est enthousiasmant pour un parti, une course au leadership. Que quelqu'un assume cette responsabilité, ça amène un engouement [...] On a été bons, on va être encore meilleurs», a-t-il lancé. «On part d'une base solide. Le chef, en y amenant des éléments nouveaux, sa personnalité va nous rendre encore un peu meilleurs. On additionne quand on a un nouveau chef.»

S'il se dit satisfait du travail accompli à l'Assemblée nationale contre un gouvernement libéral majoritaire, M. Bédard admet que le PQ gagnera à être libéré de la course. «C'est sûr que la course avait son lot d'intérêt médiatique. Oui, ce sera une occasion accrue [avec un nouveau chef] de mettre en évidence les mauvaises décisions du gouvernement actuel.»

Il rappelle cependant que ce sont les membres du PQ qui ont voulu cette longue course à la chefferie. En bout de piste, dit-il, il n'y a plus morosité chez les péquistes. «On est en marche.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer