Pont de Québec: le NPD dépose son projet de loi

Denis Blanchette, député néodémocrate de Louis-Hébert... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Denis Blanchette, député néodémocrate de Louis-Hébert

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le projet de loi pour forcer le CN à repeindre le pont de Québec est officiellement déposé. Le député néo-démocrate de Louis-Hébert, Denis Blanchette, a remis vendredi aux Communes le projet de loi C-676 en demandant au gouvernement de Stephen Harper d'adopter la pièce législative «au plus vite».

«Le gouvernement a le pouvoir de devancer et d'accélérer l'adoption de mon projet de loi», a dit Denis Blanchette. Le député de l'opposition officielle invite le ministre conservateur de l'Infrastructure et lieutenant de Stephen Harper au Québec, Denis Lebel, à «mettre son ego de côté» et de travailler avec le Nouveau Parti démocratique (NPD) pour que cette loi soit adoptée avant les élections de l'automne.

M. Blanchette estime que son projet de loi «permet d'économiser 100 millions $ d'argent public». Une réalité «qu'un gouvernement conservateur n'a pas le droit de rejeter du revers de la main», peut-on lire dans un communiqué publié, vendredi.

Bien reçu par les maires

Présenté mardi, lors d'une conférence de presse à Québec du chef du NPD, Thomas Mulcair, le projet de loi a été bien reçu par les maires de Québec et de Lévis, qui ont multiplié ces derniers mois les activités publiques pour convaincre le CN de repeindre le pont dont il est propriétaire.

«Quand vous avez une entreprise qui fait la sourde oreille et qui ne veut rien savoir et qui est une ancienne entreprise publique, peut-être que ça serait bien de lui rappeler qu'elle a déjà existé grâce aux taxes des Canadiens», avait commenté Régis Labeaume.

Gilles Lehouillier avait aussi dit croire que les autres partis politiques devraient aussi «regarder ça de très près». «On ne peut pas indéfiniment laisser le pont à l'abandon et continuer de faire un débat pendant des années», soulignait le maire de Lévis mardi.

Le projet de loi C-676 stipule qu'un propriétaire d'installations ferroviaires patrimoniales reconnues sous la Loi sur les lieux et monuments historiques doit les conserver en bon état «de manière à mettre en valeur leur beauté et leur caractère historique». Une deuxième mesure prévoit que le gouvernement peut ordonner les travaux et refiler la facture au propriétaire délinquant.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer