«Compteurs intelligents»: Hydro surfacture, affirme Drainville

Bernard Drainville se retire de la course à... (Archives PC)

Agrandir

Bernard Drainville se retire de la course à la chefferie du PQ pour se rallier à Pierre Karl Péladeau.

Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Hydro-Québec fait payer les consommateurs pour les frais d'une «relève» qui ne se fait pas, affirme Bernard Drainville. Les «compteurs intelligents» peuvent l'effectuer à distance électroniquement, plaide le député de Marie-Victorin.

Contredit catégoriquement par la société d'État, l'élu du Parti québécois a soutenu à l'Assemblée nationale qu'Hydro «continue de facturer à tous ses clients des frais de relève de 0,06 $ par jour, 365 jours par année.»

Facture annuelle de 23 $ pour un montant global de 67 millions $ pour les 2,9 millions de résidences munies d'un compteur électronique, a avancé l'élu. À ses yeux, il s'agit clairement d'un cas de surfacturation.

Le «principal avantage [des nouveaux compteurs], c'est la relève à distance, a-t-il fait valoir. Alors, plus besoin que quelqu'un vienne à ton domicile pour relever ta consommation d'électricité, le compteur est communicant, il communique ta consommation à Hydro.»

Or, le critique péquiste a signalé que les frais de relève des compteurs apparaissent toujours dans un document de la société d'État sur la «Composition et le niveau de redevance d'abonnement».

«Est-ce que le gouvernement va mettre fin à cette surfacturation?» a lancé Bernard Drainville à l'intention du ministre Pierre Arcand (Ressources naturelles). «Est-ce qu'il va exiger d'Hydro qu'elle rembourse les millions payés en trop par les Québécois?»

En point de presse, le député a reproché à Hydro-Québec de ne pas avoir mis fin aux frais de relève «dès que le compteur intelligent [a été] installé. Pourquoi n'a-t-elle pas institué cette pratique?»

Le ministre prudent

En Chambre, le ministre Pierre Arcand s'est montré prudent. Il a dit tout ignorer du problème soulevé. «Je vais faire part à Hydro-Québec de ce dont me parle le député et nous allons certainement corriger, s'il y a lieu, la situation.»

La société d'État, elle, nie en bloc. «C'est faux de dire qu'il y a des frais non nécessaires facturés», a indiqué son porte-parole Patrice Lavoie. Selon lui, les 67 millions $ que M. Drainville croit facturés en trop proviennent «d'un calcul sur un coin de table».

Avec les nouveaux compteurs, «il y a des économies» estimées à 26 millions $, en ce moment, a-t-il plutôt rapporté. Lorsque l'opération sera complétée, en 2018, avec 3,8 millions d'appareils, le total atteindra 81 millions $ par an, estime Hydro. Ce serait autant de sommes épargnées aux clients de la société, ce qui contribuerait à amoindrir les tarifs.

M. Lavoie a précisé que le document cité par le député date de 2008, «avant les compteurs de nouvelle génération». 

Il a fait valoir qu'il n'y a pas en tant que tel des frais de «relève», mais il y a tout de même une opération de «mesurage» de la consommation. 

Il n'a pas été possible de savoir si celle-ci, en matière de coûts, était chiffrée.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer