Direction du PQ: Péladeau appelle au ralliement

Le candidat à la chefferie du PQ, Pierre... (Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Le candidat à la chefferie du PQ, Pierre Karl Péladeau.

Archives La Tribune, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) La course qui s'achève à la direction du Parti québécois aura constitué «une première étape vers l'indépendance du Québec», a déclaré Pierre Karl Péladeau jeudi soir en lançant un appel au ralliement des péquistes. «Pour réussir cette étape, il faut un mandat clair et fort», a-t-il scandé.

Le dernier des cinq débats officiels organisés par le Parti québécois s'est déroulé devant quelque 600 militants réunis au Théâtre Corona, dans le sud-ouest de Montréal. Les jeux sont pratiquement faits dans cette compétition interne. Les membres du parti commenceront à voter mercredi prochain.

Des enjeux se sont clarifiés lors du dernier débat. Bernard Drainville a beau s'être rallié à lui, Pierre Karl Péladeau a pris ses distances de la Charte de la laïcité présentée par le gouvernement de Pauline Marois.

On le savait plutôt favorable à une approche s'inspirant du rapport Bouchard-Taylor, déposé en mai 2008. Mais Alexandre Cloutier s'est plu à lui faire dire qu'il aurait souhaité un texte susceptible d'obtenir un «consensus le plus large possible».

MM Cloutier et Péladeau estiment par ailleurs que l'interdiction du port de signes religieux devrait s'étendre aux enseignants -ce que ne prévoyait pas explicitement les commissaires Bouchard et Taylor. La Charte de la laïcité de Bernard Drainville proscrivait le port de symboles religieux ostentatoires à tous les employés de l'État, y compris aux fonctionnaires jamais en contact avec les citoyens.

Fidèle à lui-même, Pierre Céré a conspué le projet de «repli identitaire» du gouvernement Marois, l'accusant d'avoir créé des fractures entre le Parti québécois et de nombreux citoyens issus de l'immigration.

Sur ce thème de la religion, Pierre Karl Péladeau a taclé l'ex-ministre de l'Éducation, Yves Bolduc. Il l'a qualifié d'«émasculé» pour ne pas avoir fait appliquer la loi à l'égard des écoles religieuses illégales.

Le débat de deux heures a entre autres porté sur l'immigration, sur l'intégration des personnes immigrantes et sur la défense de la langue française.

«Avoir notre propre pays, notre propre Constitution, avoir notre propre Charte» [des droits et libertés de la personne] pour ne plus être «assujettis» à celle rapatriée en 1982 par Pierre Trudeau sont les meilleurs moyens de favoriser l'intégration des immigrants et l'épanouissement de la langue française, a tonné M. Péladeau.

À l'instar des autres, Martine Ouellet a dit qu'il fallait offrir des cours de français aux personnes immigrantes. Contrairement aux autres, toutefois, elle a rappelé et déploré que même des gouvernements du Parti québécois ont coupé dans les budgets dévolus à cette mission.

Le phare de la loi 101

Les quatre candidats ont tour à tour proposé de soumettre les entreprises et les organismes régis par les lois fédérales, ainsi que toutes les entreprises de 26 employés et plus, à la loi 101.

Seul Pierre Céré a repris l'idée -souvent lancée au Parti québécois, mais toujours abandonnée en cours de route- d'étendre les dispositions de la loi 101 au réseau collégial.

M. Céré a joué au mouton noir, demandant à plus d'une reprise si les trois autres candidats, tous députés, débattaient véritablement; s'ils ne disaient pas tous à peu près la même chose sur les thèmes du débat, ainsi que sur le pont Champlain et sur l'électrification des transports, dont il a aussi été question. Mme Ouellet a précisé qu'elle réclame un monorail électrique à grande vitesse entre les villes importantes du Québec.

Les Canadiens...

«Merci d'avoir choisi l'avenir du Québec plutôt que les Canadiens de Montréal!», a aussi lancé la candidate aux péquistes réunis au Théâtre Corona.

Le vote des membres du Parti québécois commencera mercredi. Il se poursuivra jusqu'à vendredi. Les résultats seront dévoilés vers 21h ce jour-là, le 15 mai, au Centre des congrès de Québec. Un deuxième tour aura lieu du 20 au 22 mai si aucun des candidats en lice n'obtient 50% plus un des suffrages.

«Rien n'est écrit d'avance», a philosophé Alexandre Cloutier en fin de soirée. Martine Ouellet a estimé qu'il pourrait bien y avoir un deuxième tour.

Pierre Céré craint toujours d'être disqualifié. Il ne peut garantir qu'il aura amassé les 10 000$ encore requis pour officialiser sa candidature d'ici mardi soir. Pour l'heure, il aurait 3000$ à sa disposition.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer