Démolition de l'aréna Jacques-Côté: le candidat de la CAQ affirme son opposition

De gauche à droite: le chef de la... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

De gauche à droite: le chef de la Coalition Avenir Québec François Legault, le candidat dans Jean-Talon Alain Fecteau, la candidate dans Chauveau Jocelyne Cazin et le caquiste Éric Caire.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le candidat caquiste dans Jean-Talon, Alain Fecteau, estime que la population rejette la destruction de l'aréna Jacques-Côté, à Sillery, prévue au programme particulier d'urbanisme (PPU) de l'administration Labeaume.

La Coalition avenir Québec (CAQ) a présenté mardi matin celui qu'elle envoie dans la mêlée pour ravir le château fort libéral de Jean-Talon dans les élections complémentaires à venir. Ex-directeur général du parc technologique, M. Fecteau est un homme d'affaires qui était président du conseil d'administration du Centre local de développement (CLD) de la Jacques-Cartier avant son abolition par les libéraux. 

Selon lui, à première vue, la densification des grands domaines patrimoniaux de Sillery, dans la proportion proposée par le maire Régis Labeaume, est une «bonne idée en soi». Toutefois, «la question de l'aréna [Jacques-Côté], c'est une autre chose», a-t-il spécifié, en point de presse au Domaine Cataraqui. La CAQ a le souci que les familles puissent utiliser les infrastructures de leur quartier «avec la même facilité». «La population devra donner son opinion, mais je pense que la population n'est pas pour la destruction de l'aréna.»

Le PPU prévoit la construction de 130 logements à la place de l'aréna Jacques-Côté. Une pétition de 3000 noms pour sauver l'infrastructure circule à Sillery. La Ville de Québec estime qu'une rénovation coûterait 12 millions $ et que les citoyens pourront utiliser le PEPS et le Centre sportif de Sainte-Foy en lieu et place. 

Deuxième essai pour Clément Laberge

Le Parti québécois a aussi confirmé la candidature de Clément Laberge dans Jean-Talon pendant l'avant-midi, au quai des Cageux. Dans son cas, il demande plus de temps pour étudier le PPU avant de se prononcer, mais promet de le faire avant la fin de la campagne. 

«C'est important de s'assurer qu'on développe le secteur et qu'on le rende accessible, a affirmé M.Laberge. Je connais très bien cet aréna-là, je le fréquente avec mon fils. Ce qui m'importe est qu'il y ait toujours un nombre d'heures de glace essentiel pour tout le monde.»

Cet entrepreneur spécialisé dans la distribution de livres numériques en est à sa deuxième tentative dans Jean-Talon. Il a terminé deuxième lors des élections générales en avril dernier, quelque 7500voix derrière l'ex-ministre Yves Bolduc. 

Un ex-adéquiste au PLQ

Le candidat libéral est un ex-adéquiste et conseiller du premier ministre, Sébastien Proulx, qui s'est attiré des moqueries en tournant sa vidéo promotionnelle dans Taschereau plutôt que Jean-Talon. 

Le PQ a aussi choisi un journaliste de L'écho du Lac pour faire la lutte aux deux ex-journalistes de TVA, Jocelyne Cazin (CAQ) et Véronyque Tremblay (PLQ) dans la circonscription. Sébastien Couture a aussi été conseiller municipal à Stoneham-et-Tewkesbury entre 2005 et 2009. 

«Les gens pensent que ça va être une course à deux, mais je vous annonce que ça ne sera pas le cas, a promis M. Couture. Ça va être une course à trois.»

Plusieurs s'attendent à ce que le premier ministre Philippe Couillard déclenche les deux élections demain, lors du Conseil des ministres. «C'est comme le printemps, il vient un moment où on a des signaux, a affirmé le chef intérimaire Stéphane Bédard. On aurait souhaité que ça se fasse après notre course au leadership, mais on a montré dans Richelieu qu'on peut marcher et mâcher de la gomme en même temps.»

Le favori des sondages pour succéder à Pauline Marois, Pierre Karl Péladeau, n'a pas voulu s'avancer sur l'éventualité que deux défaites viennent entacher sa possible élection à la tête du parti.

Pour sa part, le chef caquiste François Legault juge que les élections complémentaires doivent envoyer le message au gouvernement que ses promesses rompues ne passent pas comme une lettre à la poste. «On sent que les gens sont insultés, affirme M. Legault. Ils n'ont pas voté pour le PLQ mais contre un référendum parce que M. Couillard a réussi à faire peur à tout le monde. Là, il n'y a aucune crainte à y avoir.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer