PQ: Ouellet déçue de la «vieille politique» de Cloutier

«Ces tactiques, depuis deux semaines, de fausses rumeurs,... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

«Ces tactiques, depuis deux semaines, de fausses rumeurs, de chiffres bidon, pour moi, c'est de la vieille politique, a accusé Martine Ouellet.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Martine Ouellet s'est dite «déçue et triste» que son rival Alexandre Cloutier fasse dans la »vieille politique» avec la divulgation d'un sondage commandité par l'équipe du député de Lac-Saint-Jean.

À quelques heures de l'avant-dernier débat qui a opposé les quatre aspirants encore en lice à la succession de Pauline Marois, l'entourage de M. Cloutier a remis aux médias une enquête d'opinion réalisée par Solutions Logik auprès de 1917 membres du Parti québécois.

Selon le coup de sonde, réalisé les 30 avril et 1er mai, Pierre Karl Péladeau est de moins en moins certain de l'emporter au premier tour du vote donner un chef au PQ. Alexandre Cloutier s'attire plus l'appui des membres du PQ que ne le prédisent les sondages d'opinion.

Le sondeur y va de deux hypothèses pour répartir les indécis. Dans la première, «si nous réduisons de 10 % le résultat d'Alexandre - en présumant d'un biais des répondants en sa faveur considérant que le message mentionnait que l'appel était commandité par lui afin de respecter les règles - et en répartissant proportionnellement les indécis, l'idée d'un deuxième tour demeure très crédible.»

Dans ce cas, Pïerre Karl Péladeau récolterait 50,5 % des suffrages, un demi-point de plus pour éviter ce second tour. Alexandre Cloutier serait second (36,1% ). Ne restent que des miettes pour Martine Ouellet (9,7 %) et Pierre Céré (3,4 %).

Martine Ouellet a aussitôt répliqué. Sur sa page Facebook, elle a donné ses propres «chiffres». La députée croit aussi en la possibilité d'un deuxième tour de scrutin. Par contre. Elle s'accorde la seconde place. Elle rallierait 26 % des membres du Parti québécois, n'en laissant qu'environ 20 % à M. Cloutier. Les appuis à Pierre Karl Péladeau oscilleraient entre 45 et 51 %, avancent ses conseillers.

«Ces tactiques, depuis deux semaines, de fausses rumeurs, de chiffres bidon, pour moi, c'est de la vieille politique, a accusé Martine Ouellet. Les gens veulent d'autres choses. De quelqu'un, pour qui le slogan est «maintenant, autrement», franchement, cela a l'air du «maintenant comme avant».

«Pour moi, a-t-elle poursuivi, la politique, c'est autre chose que du spin, de la rumeur et de la tactique.» Mme Ouellet refuse de croire que les données divulguées par son adversaire proviennent d'un réel sondage. Selon elle, il ne s'agit que de «pointage».

Alexandre Cloutier n'en démord pas. «Je n'ai pas fait connaître un pointage, j'ai fait connaître un sondage. De toute évidence, il vient confirmer une tendance à la hausse. Si j'avais fait connaître mon pointage, il serait nettement supérieur.»

Pierre Karl Péladeau, que les enquêtes d'opinion placent systématiquement en tête de la course, a refusé de s'en faire avec les risques qu'un second tour soit nécessaire. «Mon organisation fait du pointage», a-t-il concédé sans répondre si elle conduit également des coups de sonde.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer