Que cache Bernard Drainville? demande Gaétan Barrette

Gaétan Barrette... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Gaétan Barrette

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) L'abandon de Bernard Drainville en pleine course à la chefferie du PQ est le reflet d'un parti qui «manipule la réalité et cache la vérité», a lancé le ministre libéral Gaétan Barrette, jeudi.

Au lendemain de l'annonce-surprise de M. Drainville, son adversaire politique et ministre de la Santé n'a montré aucune sympathie pour sa décision de se retirer à trois semaines du vote pour désigner un successeur à Pauline Marois.

Le ministre a rappelé la sortie récente du député de Marie-Victorin contre Pierre Karl Péladeau, favori pour l'emporter au Parti québécois et à qui M. Drainville s'est rallié. Il a fait référence à une entrevue télévisée toute récente où l'ex-candidat affirmait demeurer en lice et sûr de gagner.

«Cinq jours plus tard, il abandonne. J'ai de la misère avec quelqu'un qui dit que son compétiteur est un "mirage" et qui se rallie au "mirage". Il voulait dire quoi, la première fois?»

Le libéral a commenté les explications de M. Drainville. «Il nous dit [pour se désister] que la course aurait été trop dure après. Donc, il a des choses qu'il ne nous dira pas. [...] Et le sujet de ces choses trop dures que je ne vous dirai pas, c'est justement la personne avec laquelle je me rallie.

«La politique à la PQ, qui est celle de manipuler la réalité et de ne pas dire la vérité à la population, ce n'est pas exactement notre style, a conclu le controversé ministre. C'est ce que je vois et je comprends les sondages de ce matin.»

Le péquiste Pascal Bérubé s'est moqué du ton cinglant de l'adversaire libéral. «Nous aurons tous remarqué que Gaétan Barrette est un de ceux qui est le plus partisan dans ses interventions.

«C'est probablement pour se faire accepter dans son nouveau groupe», a poursuivi le député de Matane, en faisant allusion au fait que M. Barrette s'est d'abord présenté pour la Coalition avenir Québec, en 2012, avant de se faire élire sous bannière libérale. «Ils ont même tassé du monde pour lui», en faisant en sorte qu'Yves Bolduc soit muté de la Santé au ministère de l'Éducation où sa carrière politique s'est brisée.

Baisse de popularité pour pkp

Le récent coup de sonde de la firme CROP indique que Pierre Karl Péladeau a chuté dans l'opinion publique. Chef, il n'aurait récolté que 30 % des intentions de vote, un recul de sept points de pourcentage. Le Parti libéral du Québec aurait récolté 33 % des suffrages, le même niveau qu'en février. Si M. Drainville avait accédé à la barre du PQ, il aurait eu un maigre 24 % des voix.

Le chef de la CAQ a trouvé matière à se réjouir dans l'enquête d'opinion qui lui accorde 22 % des intentions de vote, en progression de quatre points. François Legault a rappelé que sa cote de popularité était très élevée lorsqu'il a fondé son parti. «C'est certain que l'effet lune de miel [en faveur de Pierre Karl Péladeau] est en train de s'amenuiser», a-t-il avancé.

«Peu importe que ce soit M. Péladeau ou qui que ce soit, l'article 1 du programme du PQ [sur la souveraineté] va toujours rattraper le prochain chef du Parti québécois. Il peut être attrayant a priori. Jusqu'à temps qu'on se rende compte que sa priorité, c'est de faire un référendum sur la souveraineté. Ça, les Québécois n'en veulent pas.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer