Chefferie du PQ: que la course continue!

Surpris de voir Bernard Drainville se retirer de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Surpris de voir Bernard Drainville se retirer de la course, Alexandre Cloutier perçoit dans ce désistement un signe de plus prouvant qu'il a le vent dans les voiles et qu'il doit persister jusqu'à la toute fin.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) La course à la direction du Parti québécois ne s'est pas terminée avec le retrait de Bernard Drainville, clament à l'unisson les quatre aspirants demeurant en lice pour succéder à Pauline Marois. Réactions devant le forfait-surprise.

Péladeau ravi

Candidat favori pour l'emporter depuis le début de la campagne à la chefferie, Pierre Karl Péladeau était tout sourire en rencontrant les journalistes. En mêlée de presse, il a répondu «que c'est une belle journée [pour lui], une belle journée pour toute l'équipe, et nous avons le bénéfice d'avoir davantage d'expertise» avec le ralliement de M. Drainville et de cinq élus. Le député de Saint-Jérôme a évidemment refusé de pavoiser. Le message lancé par son ex-adversaire, «c'est celui du rassemblement. Nous avons un objectif commun [au PQ], c'est de faire l'indépendance.» M. Péladeau a salué le «courage» de Bernard Drainville. «Un homme qui s'est tenu debout dans des situations pas toujours faciles», une allusion au débat sur la charte des valeurs. M. Drainville ne l'a pas attaqué même en le qualifiant de «mirage». «Ce sont des questions, des interrogations naturelles dans le cadre d'un débat.»

Cloutier survolté

Pour Alexandre Cloutier, la défection de M. Drainville ne fera qu'ajouter à l'élan qu'il sent pour sa campagne. «À partir de maintenant, le choix des militants devient plus clair», a argué le député de Lac-Saint-Jean. En réduisant le nombre d'aspirants à quatre, a-t-il précisé, «moins il y a d'offres sur la table, plus les choix sont faciles à faire». M. Cloutier n'a pas caché qu'il a été bien surpris par ce qui attendait le monde politique. «Quand je me suis levé, ce matin, je ne pensais pas que je serais avec vous, cet après-midi. C'est ça la politique. C'est rempli de surprises.» Dans son cas, «c'est sûr que je me rends jusqu'à la fin» de la course. Il n'a pas commenté le geste des cinq élus, qui endossaient M. Drainville, de gagner le camp Péladeau. «Cette décision leur appartient.» Le message à ses partisans? «C'est go! go! go! On continue. On ne lâche pas. On progresse.»

Ouellet critique

La seule femme dans la course à la succession de Pauline Marois, Martine Ouellet, n'a pas été tendre à l'endroit de Pierre Karl Péladeau et de son nouveau supporteur, Bernard Drainville. Pour la députée de Vachon et environnementaliste de longue date, «le clan pro-pétrole se rassemble». Elle a précisé que lors du débat entre aspirants, à Sherbrooke, il y a trois semaines, les deux hommes ont affiché «une volonté d'aller du côté de l'exploitation» du pétrole que recèlerait l'île d'Anticosti. Même si sondages et experts ne lui accordent que peu de chances de terminer première, Martine Ouellet a dit avoir bon espoir de s'attirer les appuis de l'aile plus sociale-démocrate. «La course est loin d'être terminée. Mes appuis se multiplient», a-t-elle mentionné en réitérant sa conviction que la course se jouera dans un deuxième tour de scrutin.

Céré déçu

Pierre Céré dit «avoir senti venir» l'annonce de Bernard Drainville. Mais le seul non élu qui participe à la campagne pour élire le prochain chef du PQ s'est montré très déçu par le désistement. «On alimente la machine à cynisme. D'après ce que j'en sais, Bernard n'a pas consulté les gens, les réseaux, les centaines de personnes qui l'appuyaient. Et il se négocie un rôle [...] auprès de celui qui, selon ses calculs, sera le prochain chef. Je pense que le Parti québécois doit sortir de ces vieux sentiers de la politique.» Il a admis que, sur le coup, Pierre Karl Péladeau apparaît comme le grand gagnant de l'opération. «Mais est-ce que le vote de Drainville suivra? Autour de lui, il y avait beaucoup de syndicalistes et d'ex-syndicalistes. Ces gens ne suivront pas Pierre Karl Péladeau.» Pierre Céré a réuni son équipe, en fin de semaine. «On a décidé de continuer jusqu'au bout.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer