De passage à Québec, Trudeau écorche Deltell et Paradis

Justin Trudeau, le chef du Parti libéral du... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Justin Trudeau, le chef du Parti libéral du Canada, était à Québec, jeudi, où il a retrouvé ses candidats aux prochaines élections et ses partisans à l'occasion d'un rassemblement.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) De passage à Québec, où il s'est présenté, jeudi, en compagnie de plusieurs de ceux qui se porteront candidats pour le Parti libéral du Canada dans le centre et l'est du Québec, le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, a lancé des flèches à un député conservateur qui quittera son poste dans quelques mois et à un autre qui tentera de se faire élire pour le parti de Stephen Harper.

«Quand quelqu'un d'expérience souhaite se présenter en politique, je vais toujours l'encourager», a-t-il déclaré en marge d'un rassemblement partisan à l'Hôtel Québec. Le chef libéral faisait référence au député caquiste de Chauveau, Gérard Deltell, qui vient d'annoncer qu'il porterait les couleurs conservatrices dans la circonscription de Louis-Saint-Laurent. 

«Mais il faut avoir des gens qui feront parler les gens de la région à Ottawa, et on sait que Gérard Deltell ne pourra faire cela. Il fera plutôt parler Stephen Harper dans la région», a-t-il résumé. «Christian Paradis a essayé et il est en train de quitter pour cette raison», a poursuivi Trudeau en mentionnant le député de Mégantic-L'Érable et ministre du Développement international et de la Francophonie.

Quelques secondes plus tôt, le chef libéral avait pourtant lancé à son candidat libéral dans Mégantic-L'Érable, David Berthiaume, que «tout à coup, tout va très bien», en faisant référence à la décision de Christian Paradis de ne pas solliciter un nouveau mandat. Il a toutefois vite corrigé le tir. «Je lui ai dit que ça allait très bien, car il avait fait peur à Christian Paradis!» a-t-il ajouté, tout sourire. 

«Des ministres conservateurs quittent, alors on voit qu'après 10ans, ce gouvernement se fatigue et n'est plus capable de répondre aux besoins de maintenant, alors que les prix du pétrole sont à la baisse et qu'il donne encore des baisses d'impôt aux plus riches», a poursuivi le chef libéral.

Justin Trudeau a reconnu que son parti, qui ne compte que 36 députés aux Communes, avait encore du travail à faire. «Il n'y a pas si longtemps, nous avions 172 députés et nous en avons 36 maintenant, il fallait que quelque chose change», a-t-il avoué, soulignant que le recrutement de candidats était plus facile que lors des précédentes campagnes.

Là-dessus, Marie Tremblay, coprésidente du comité de campagne, a confirmé les dires du chef, signalant que des investitures avaient déjà eu lieu dans 60 des 78 circonscriptions du Québec. À Québec, toutes les circonscriptions ont leur candidat sauf Québec, où Jean-Yves Duclos et Hugo Mathieu s'affronteront à l'investiture le 19 avril, et Louis-Hébert où, pour l'instant, seul Joël Lightbound a présenté sa candidature alors qu'aucune date d'investiture n'a encore été fixée.

«Ce n'est pas la même dynamique que la dernière fois. Les associations de comtés sont plus fortes et nous avons en moyenne cinq demandes de trousse de candidature par circonscription. Je crois que M. Trudeau stimule aussi beaucoup les jeunes», conclut Mme Tremblay.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer