Badawi: les Saoudiens dénoncent «l'ingérence» du Québec

Raif Badawi... (PHOTO D'ARCHIVES)

Agrandir

Raif Badawi

PHOTO D'ARCHIVES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Québec

L'Arabie saoudite a mis les députés de l'Assemblée nationale en garde contre toute tentative d'ingérence dans ses affaires intérieures, le mois dernier, à la suite de l'adoption d'une motion unanime des élus réclamant la libération du blogueur Raïf Badawi.

Une lettre transmise au président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon, par l'ambassadeur saoudien à Ottawa Naïf Bin Bandir AlSudairy, exprime la surprise des autorités saoudiennes concernant les propos rapportés dans les médias concernant M. Badawi.

«Le Royaume regrette les attaques des médias contre le Royaume et son appareil judiciaire, insiste sur le fait qu'il n'acceptera aucune forme d'ingérence dans ses affaires internes et rejette toute intrusion dans sa souveraineté ou atteinte à l'indépendance et l'intégrité de son processus judiciaire, où aucun pouvoir ne peut se substituer à celui des juges», indique la lettre.

M. Badawi, un blogueur, a été condamné à 10 ans de prison et 1000 coups de fouets pour ses prises de positions pour les droits de la personne.

En février dernier, les députés de tous les partis représentés à l'Assemblée nationale ont adopté à l'unanimité une motion demandant la libération du prisonnier, dont la famille est établie à Sherbrooke, dans les Cantons-de-l'Est.

La lettre, datée du 10 mars dernier, a été déposée en Chambre le 25 mars par M. Chagnon, qui l'a ainsi rendue publique.

Dans le document du royaume saoudien, la loi islamique est présentée comme une garantie contre les violations des droits de la personne.

«Le Royaume n'accepte aucune attaque au nom des droits de la personne, particulièrement quand sa constitution s'appuie sur la loi islamique, qui garantit les droits de la personne et préserve son sang, sa richesse, son honneur et sa dignité», indique la lettre.

La ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, a déclaré que la lettre des autorités saoudiennes n'aura aucun effet sur la mobilisation en cours.

«On réitère notre appui à Raïf Badawi, on veut sa libération, a-t-elle dit. L'important, c'est de poursuivre la mobilisation de toute la société et on le voit partout dans le monde. On va continuer à mobiliser, on va faire notre part pour appuyer M. Badawi, son épouse et ses enfants. Et la motion unanime qu'on a adoptée, il y a lieu de répéter qu'on a parlé d'une seule voix, c'est important, c'est un geste important que tous les élus du Parlement ici au Québec ont exprimé.»

Mme Weil a rappelé que la motion portant sur la situation de M. Badawi avait été adoptée à l'unanimité par l'Assemblée nationale.

Lors d'un point de presse précédant la période des questions, à l'Assemblée nationale, la ministre a refusé de dire si la missive diplomatique pouvait être perçue comme une tentative d'intimidation.

«Je ne voudrais pas interpréter l'envoi de cette lettre, mais notre réaction c'est qu'on est déterminés à continuer, à poursuivre notre défense de M. Badawi et la défense des droits humains partout dans le monde, a-t-elle dit. Évidemment, c'est un cas flagrant où ces droits fondamentaux ont été brimés.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer