Peu de candidats aux investitures du PLC à Québec

Jean-Yves Duclos tente de représenter les libéraux fédéraux... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Jean-Yves Duclos tente de représenter les libéraux fédéraux dans la circonscription de Québec.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Deux candidats à l'investiture s'affrontent dans la circonscription de Québec pour porter les couleurs du Parti libéral du Canada (PLC) au scrutin fédéral. L'économiste Jean-Yves Duclos et le jeune avocat Hugo Mathieu sauront le 19 avril qui sera choisi pour tenter de déloger la néo-démocrate Annick Papillon. Il s'agit d'une rare lutte dans la région qui a fait élire la plupart des candidats libéraux par acclamation.

À ce jour, seules trois circonscriptions sur neuf dans la région élargie de Québec ont vu plus d'un candidat à l'investiture lever la main pour tenter d'obtenir un siège au Parlement d'Ottawa. Des luttes à deux sont ou ont été disputées dans Beauport-Limoilou, Beauport-Côte-de-Beaupré-Île-d'Orléans-Charlevoix et Québec.

En septembre, la coprésidente du comité de campagne pour la sélection des candidats du PLC au Québec, Marie Tremblay, avait fait état d'une «fébrilité» sans précédent dans la région. Selon elle, les aspirants candidats se bousculaient au portillon si bien que dans une des circonscriptions, six personnes avaient manifesté leur intérêt auprès de la formation politique.

Un porte-parole du PLC, Olivier Duchesneau, explique que le nombre de candidats élus par acclamation ne témoigne en rien d'un manque d'intérêt des membres du parti à le représenter. Il souligne que plusieurs personnes peuvent avoir réclamé une trousse de candidat sans aller plus loin dans le processus, et ce, pour mille et une raisons. «Une personne peut avoir réalisé qu'elle avait peu de chances de gagner [l'investiture]», cite-t-il en exemple.

De «bonnes chances»

Dans Québec, Hugo Mathieu a été le premier sur les rangs tandis que le candidat «vedette», le professeur à l'Université Laval et responsable d'une chaire portant sur les enjeux économiques des changements démographiques, Jean-Yves Duclos, ne s'est manifesté qu'après Noël. Le jeune avocat assure que cela n'a rien changé à son travail de terrain où il s'affaire à rencontrer les gens pour écouter leurs préoccupations.

M. Mathieu croit que les libéraux ont de «bonnes chances» de percer à Québec, où aucun député n'a été élu depuis 2000. Celui qui se décrit comme un candidat dynamique et créatif entend par ailleurs rompre avec le cynisme.

Dans le coeur de Québec, le candidat de la circonscription de Louis-Hébert demeure aussi inconnu alors qu'un autre jeune avocat, Joël Lightbound, attend toujours de savoir s'il aura un concurrent. Cet automne, des rumeurs voulaient que le député provincial Sam Hamad soit intéressé, une information qu'il a par la suite niée.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer