Fonds de grève des fonctionnaires en vue des négociations avec l'État

La question d'une caisse pour pallier la perte... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La question d'une caisse pour pallier la perte de salaire en raison de débrayage est à géométrie variable parmi les groupes qui ont entrepris les pourparlers pour renouveler les contrats de travail.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Le Syndicat de la fonction publique du Québec a entrepris une tournée auprès de ses membres pour constituer un fonds de grève en vue de l'affrontement qui se prépare avec l'État-employeur.

Jointe mercredi, la vice-présidente responsable du dossier au SFPQ, Maryse Rousseau, a résumé la volonté des 31 000 adhérents. «Les gens disent qu'on est prêt, qu'on est sérieux. On se donne les moyens pour aller à la guerre.»

Ces moyens passent par un vote visant à autoriser le prélèvement d'une cotisation syndicale spéciale. Elle équivaut à 0,7 % du salaire et s'ajoute à la contribution de base de 1,3 %, qui constitue le fonds de défense habituel.

Pour le syndiqué, le somme totalise environ 30 $ par paye - leur salaire est versé toutes les deux semaines. Le SFPQ a insisté sur le fait que l'exercice est démocratique. Ce n'est pas imposé par le syndicat, mais endossé par un vote, a souligné Mme Rousseau.

Les consultations ont débuté en février et se poursuivront jusqu'à la fin avril. Le Syndicat ne dévoilera pas le résultat avant que le bilan final ne soit complété. Cependant, les 6000 membres que le SFPQ compte à l'Agence du Revenu se sont déjà prononcés en sa faveur.

La syndicaliste a pris soin de souligner que, «si nous en avons besoin (pour conduire des débrayages), nous avons l'argent. Si nous n'en avons pas besoin, nous rembourserons avec intérêts.»

Avec le seul Fonds de défense professionnelle, si une grève était déclenchée, «les gens au SFPQ recevraient [...] 20 $ par jour. En conseil de négociations, ils se sont dits [...] on va fourbir nos armes», a expliqué la vice-présidente. Le montant a été fixé 100 $.

Situation variable

Le SFPQ n'est pas un poids lourd du Front commun qui a entamé les négociations avec Québec. Il représente 38 000 syndiqués d'un gouvernement qui en emploie environ un demi-million, réseaux de la santé et de l'éducation compris.

La question d'une caisse pour pallier la perte de salaire en raison de débrayage est à géométrie variable parmi les groupes qui ont entrepris les pourparlers pour renouveler les contrats de travail.

Le SPGQ (plus de 25000 membres) s'est doté d'un Fonds de grève, mais sans passer par une cotisation spéciale, mais par une formule de «prêts et marge de crédit». Ce sont les syndiqués qui voteront pour utiliser l'argent, a précisé le président Richard Perron. 

«Oh que oui! que nous sommes prêts pour aller à la guerre. C'est la première fois que le Syndicat est aussi sérieux», syndicat qui ne fait pas partie du Front commun parce qu'il estime avoir un énorme rattrapage salarial à faire.

Les grandes centrales syndicales - CSN, FTQ et CSQ - n'ont pas connaissance chez leurs affiliés «d'opérations semblables à celle du SFPQ». Ainsi, à la CSN, Louis-Serge Houle a précisé que la centrale n'a pas recours aux cotisations spéciales parce que le Fonds de défense professionnelle suffit.

L'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (1500 membres) n'a pas de fonds de grève. Son président Michel Gagnon a souligné que, lors des deux dernières séries de négociations, la grève des heures supplémentaires s'est avérée un moyen de pression suffisant «tout en respectant les services essentiels», a-t-il insisté.

L'État-employeur et les syndicats sont «à des années-lumière» d'un accord salarial. Québec propose des hausses de rémunération de 3 % sur cinq ans, dont le gel salarial pour les deux premières années. L'alliance syndicale réclame trois hausses consécutives de 4,5 % par an. Le SPGQ n'a pas chiffré ses demandes et revendique que les négociateurs patronaux «s'asseyent et évaluent la complexité de travail de nos membres».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer