Khadir implore Bolduc de renoncer à son indemnité de départ

L'ex-ministre libéral Yves Bolduc... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

L'ex-ministre libéral Yves Bolduc

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le député de Québec solidaire Amir Khadir exhorte le ministre démissionnaire Yves Bolduc à renoncer à son indemnité de départ de 155 000 $. Une décision qui éclabousse selon lui l'ensemble de la classe politique.

Le choix de toucher cette prime, alors que d'autres y ont renoncé, expose le «mauvais jugement terrible» de l'ex-ministre, selon M. Khadir.

«Ça me désole, a commenté M. Khadir. J'espérais tellement qu'il ne fasse pas cette gaffe-là en supplémentaire. C'est terrible pour sa crédibilité. Les gens avaient quand même un peu de sympathie pour lui, voyant comment il a été un peu le bouc émissaire du gouvernement pour des décisions qui ne relevaient pas de lui.»

L'esprit de l'allocation est d'aider un député qui a de la difficulté à se replacer après la vie politique, poursuit-il. Dans le cas de médecins comme lui-même, M. Bolduc ou Gaétan Barrette, cet enjeu ne se pose pas puisqu'ils peuvent retourner immédiatement à la pratique, dit M. Khadir.

«Ça vient aggraver tout le cynisme qu'entretient la population sur une classe de politiciens qui ne pensent qu'à leurs propres intérêts, affirme M. Khadir. Ça rejaillit sur tout le monde.»

Montant non divulgué

Yves Bolduc a décidé de toucher son indemnité de départ de quelque 155 000 $, contrairement aux autres démissionnaires du présent mandat, la péquiste Élaine Zakaïb et le caquiste Christian Dubé.

Le cabinet du ministre démissionnaire a confirmé au Soleil qu'il avait l'intention d'accepter l'allocation de transition prévue à la Loi sur les conditions de travail et le régime de retraite des membres de l'Assemblée nationale. 

Comme il s'agit d'un renseignement nominatif, l'Assemblée nationale n'est pas autorisée à divulguer le montant que peut empocher M. Bolduc.

La loi prévoit toutefois que l'allocation est «égale à deux fois le traitement mensuel du député pour chaque année complète pendant laquelle il a été membre de l'Assemblée nationale». Elle ne peut toutefois pas être «supérieure à douze fois le traitement mensuel».

Dans le cas d'un ministre, sans tenir compte de l'allocation de dépenses, le traitement salarial est de 157 000 $, donc 130 00 $ mensuellement. M. Bolduc a été élu en septembre 2008. Il est donc permis d'estimer que l'allocation s'élèverait à quelque 156 000 $ (26 000$ X 6 ans). Un montant similaire à celui calculé par la Ligue des contribuables dans le cas de l'ex-ministre des Finances, Raymond Bachand.

Lors de sa démission pour faire le saut à la caisse de dépôt, en août, le député caquiste de Lévis, Christian Dubé, a dit refuser son indemnité «par principe». La péquiste Élaine Zakaïb a fait de même en septembre, lorsqu'elle a décidé d'abandonner son poste dans Richelieu pendant le mandat.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer