Sondage CROP-Le Soleil-La Presse: Péladeau devant Couillard

Le dernier sondage Léger plaçait Pierre Karl Péladeau... (Photo La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le dernier sondage Léger plaçait Pierre Karl Péladeau et Philippe Couillard (photo) à égalité, à 32 %. Le CROP donne 37 % au PQ contre 33 % aux libéraux si l'actionnaire de contrôle de Québecor tenait les rênes de la formation souverainiste

Photo La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un Parti québécois dirigé par Pierre Karl Péladeau devancerait les troupes libérales de Philippe Couillard dans les intentions de vote, selon un sondage CROP-Le Soleil-La Presse.

Le récent coup de sonde constate que, dans l'ordre actuel des choses, il n'y a pas beaucoup de mouvement dans l'opinion publique. Mais le paysage bascule du tout au tout lorsque la variable PKP est ajoutée à l'équation. 

Pour l'heure, les nombreuses réformes effectuées par le gouvernement Couillard n'affectent pas beaucoup sa popularité. Un scrutin tenu la semaine dernière aurait permis au Parti libéral du Québec (PLQ) de l'emporter avec 37 %, contre 26 % pour le Parti québécois (PQ) sous le chef intérimaire Stéphane Bédard, 22 % pour la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault et 11 % pour Québec solidaire. 

Les données sur l'humeur des Québécois n'ont pratiquement pas bougé: 42 % des Québécois croient que le Québec va dans la bonne direction, et 37 % sont satisfaits du gouvernement. Même genre de stabilité quant aux chefs qui feraient le meilleur premier ministre : M. Couillard (24 %),

M. Legault (21 %), Françoise David (8 %) et M. Bédard (6 %). 

«Ça ne descend pas pour le gouvernement, affirme Youri Rivest, de CROP. Ça se maintient autour de leur base électorale. Pour un gouvernement qui brasse la cage, on n'est pas du tout dans les conditions du printemps érable, par exemple.»

Toutefois, un changement de chef au PQ transforme le portrait radicalement. Le dernier sondage Léger plaçait M. Péladeau et M. Couillard à égalité, à 32 %. Le CROP donne 37 % au PQ contre 33 % aux libéraux si l'actionnaire de contrôle de Québecor tenait les rênes de la formation souverainiste. Une situation qui laisserait les caquistes à 18 % et les solidaires à 9 %.

Des cinq candidats à la chefferie du PQ, le député de Saint-Jérôme est le seul à induire un tel changement de paradigme. Les Bernard Drainville, Alexandre Cloutier et Martine Ouellet, pratiquement au coude à coude, n'améliorent en rien la situation du parti dans les intentions de vote. Le candidat Pierre Céré l'empire. «Il y a M. Péladeau, puis c'est dur de voir qui est deuxième, constate M. Rivest. Les écarts sont à la marge.»

M. Péladeau débauche des électeurs de presque tous les partis. Le sondage CROP soutient que les Québécois peinent à positionner le député de Saint-Jérôme sur l'échiquier politique. «Les gens de gauche pensent qu'il est de gauche, les gens de droite pensent qu'il est à droite, constate M. Rivest. Et la plupart du monde ne le sait pas.»

Chez les souverainistes, M. Péladeau est le «champion des pressés», selon le sondeur. Les indépendantistes qui souhaitent un référendum dans un premier mandat sont 86 % à croire qu'il exaucerait leur souhait. Mme Ouellet, à 27 %, est celle qui s'en rapproche le plus dans le peloton des retardataires. Le score de M. Péladeau dans cette catégorie devance largement la volonté même des souverainistes, qui ne sont que 31 % à vouloir un référendum aussi rapidement. 

La souveraineté ne recueille selon CROP que 36 % d'appui dans la population, contre 64 % pour le camp du Non. 

Certains indicateurs amènent quand même le sondeur à tempérer la performance du baron de la presse et politicien. Depuis six mois, son pouvoir d'attraction n'a pas vraiment augmenté. S'il fait en sorte que 29 % des gens seraient plus tentés de voter pour le PQ avec lui à sa tête, il en décourage encore 24 %. «Il n'est pas sur une lancée», soutient M. Rivest. 

«Quand on regarde les gens que M. Péladeau va chercher, ce sont des gens moins scolarisés, moins politisés, poursuit-il. Il réussit à aller chercher cette clientèle plus en marge de la vie politique, qui a moins d'affiliation partisane définie. Le défi est de les fidéliser.»

Stabilité au fédéral

Au palier fédéral, le Parti libéral de Justin Trudeau est toujours en avance au Québec avec 33 % des intentions de vote, un recul de quatre points depuis décembre. Les néo-démocrates de Thomas Mulcair restent à 30 %, les bloquistes de Mario Beaulieu sont à 17 %, légèrement devant les conservateurs du premier ministre Stephen Harper, à 16 %. 

Les conservateurs continuent de cartonner dans la région de Québec avec 38 %. 

Les Québécois jugent que le meilleur premier ministre serait M. Mulcair (25 %), puis M. Trudeau (23 %), M. Harper (15 %) et M. Beaulieu (4 %). 

Le taux de satisfaction du gouvernement Harper se situe à 33 %, selon CROP. 

La collecte de données en ligne s'est déroulée du 11 au 15 février au moyen d'un panel Web. Un total de 1000 questionnaires ont été remplis. Une pondération a été effectuée pour refléter la distribution de la population selon l'âge, le sexe, la région, la langue et le niveau de scolarité des répondants.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer