Martine Ouellet se distancie de la Charte des valeurs de Drainville

Martine Ouellet a statué que «l'égalité entre les... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Martine Ouellet a statué que «l'égalité entre les hommes et les femmes et la neutralité de l'État sont des incontournables. Je crois qu'il doit y avoir d'autres outils que la Charte.»

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Martine Ouellet croit que le Parti québécois (PQ) a négligé de faire des compromis avec la Coalition avenir Québec en vue d'adopter la défunte charte de la laïcité. Une charte qui n'est plus adéquate pour régler les problèmes d'intégrisme et qui a contribué à éloigner les jeunes du PQ, juge-t-elle maintenant.

La députée de Vachon a pris ses distances avec le projet qu'a piloté son collègue Bernard Drainville lorsque le PQ était au pouvoir. Ses propos tombent au moment où les questions d'accommodements religieux et de valeurs québécoises font de nouveau les manchettes.

«C'est sûr qu'a posteriori, c'est facile à dire», a laissé tomber la candidate à la succession de Pauline Marois, lors d'une conférence prononcée à l'Université Laval. «Mais si je me situe en date d'aujourd'hui, on aurait dû régler avec la CAQ.»

Mme Ouellet a fait valoir son propre exemple pour illustrer qu'il était possible de s'entendre avec les caquistes. «Moi, j'ai réglé la loi sur les mines avec la CAQ. Aujourd'hui, nous avons une loi intéressante. C'est peut-être quelque chose que nous aurions dû faire» pour la charte.

Martine Ouellet a statué que «l'égalité entre les hommes et les femmes et la neutralité de l'État sont des incontournables. Je crois qu'il doit y avoir d'autres outils que la charte.»

Pour l'égalité, le renforcement passe par la charte existante, celle des droits et libertés, a-t-elle fait valoir. Pour ce qui est de l'État laïque, «c'est dans la Loi sur la fonction publique qu'il faut en parler».

En impromptu de presse, la politicienne s'est gardée de renier le projet qu'elle a aussi défendu lorsqu'elle faisait partie du cabinet de Pauline Marois. Le PQ a-t-il raté une occasion pour trouver une solution à des problèmes bien réels?

«Cela aurait été une bonne chose qu'on puisse régler ce dossier avant la campagne électorale. Nous aurions fait une avancée importante. Et, de toute façon, tout projet de loi connaît des ajustements en cours de route.»

Plutôt que d'apporter une solution à la société, la charte s'est transformée en problème pour le PQ, a évoqué Martine Ouellet. «Un résultat assez évident, même chez nous, les jeunes ont débarqué.

«On ne pouvait le prévoir au début. C'est un résultat qui n'est pas souhaitable. C'est pour cela qu'il faut trouver une autre façon de travailler ce dossier.» Mme Ouellet a répondu que d'autres éléments ont aussi pesé dans la désaffection des jeunes. «Mais c'en était un.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer