Intégrisme: la proposition de la CAQ menace les églises, dit Couillard

M. Couillard ne veut rien entendre de la... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

M. Couillard ne veut rien entendre de la proposition du chef caquiste François Legault, qui le presse d'intervenir contre l'intégrisme religieux en restreignant la liberté d'expression.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Ouellet
La Presse Canadienne
Québec

Les limites que veut imposer la Coalition avenir Québec (CAQ) à la liberté d'expression mèneraient à la fermeture des églises et des synagogues, croit le premier ministre Philippe Couillard.

M. Couillard ne veut rien entendre de la proposition du chef caquiste François Legault, qui le presse d'intervenir contre l'intégrisme religieux en restreignant la liberté d'expression. La CAQ suggère d'amender la Charte des droits et libertés de la personne pour interdire le déni «à répétition» des valeurs québécoises, comme la démocratie, l'égalité des sexes et le respect de l'orientation sexuelle.

«La liberté d'expression est déjà encadrée par nos chartes et la jurisprudence. On ne peut pas faire de discours haineux ni d'appel à la violence, même dans le cadre de l'exercice de la liberté d'expression. Et la liberté d'expression, (...) ça comprend également le droit de dire des niaiseries», a déclaré le premier ministre lors d'un échange en chambre, mercredi, avec son vis-à-vis de la CAQ.

La proposition caquiste vise à faire taire les imams «radicaux» qui «enseignent» la charia et qui défendent des positions jugées inacceptables dans une société de droit. Mais les imams ne sont pas les seuls leaders religieux à tenir des discours rétrogrades, a soulevé M. Couillard.

«Il existe une église, au Québec, qui fait en sorte que les femmes ne puissent être des célébrants, il existe une autre église, au Québec, qui fait en sorte que les femmes et les hommes doivent être séparés dans les lieux de culte. Il existe une autre église, au Québec, qui dit non à l'avortement pour toute raison possible, et qui est fortement opposée à l'homosexualité. C'est un péché, paraît-il», a-t-illustré.

Par conséquent, selon le premier ministre, la proposition de la CAQ entraînerait la fermeture des églises et des autres temples implantés au Québec depuis des siècles.

«Il faut qu'il se rende compte que sa position l'amène à fermer les églises catholiques et les synagogues. Qu'il le dise donc», a-t-il lancé.

Pour M. Couillard, les deux seules limites acceptables à la liberté d'expression ont été très bien définies par les cours de justice, c'est-à-dire l'appel à la violence et le discours haineux.

«Tant qu'on est sur ce terrain, on est en terrain solide sur le plan juridique. Pour ce qui est de l'égalité des hommes et des femmes, le Québec fait preuve de leadership dans ce domaine, et jamais nous ne reculerons», a-t-il dit.

Pas d'échéancier

Le premier ministre promet un bouquet de mesures - législatives et de sécurité - pour lutter contre le radicalisme, mais refuse de se commettre sur un échéancier.

«On va parler de sécurité, détecter, enquêter, sanctionner ces criminels qui sont parmi nous et qui ne sont vraiment pas les bienvenus (...) il y a des moyens d'action dans les juridictions du Québec pour s'y attaquer, on va le faire. On va parler également de prévention dans les communautés», a-t-il assuré.

En point de presse après la période de questions, le chef de la CAQ a accusé le premier ministre de déformer sa proposition et de faire preuve de «grosse démagogie» en brandissant la fermeture des églises.

«Je ne connais pas de curés au Québec qui dénigrent systématiquement des valeurs québécoises, qui viennent prêcher à répétition. Nous, on propose de dire: quelqu'un qui vient prêcher à répétition le dénigrement des valeurs fondamentales comme l'égalité entre les hommes et les femmes, ça devrait être interdit. Pour moi, ça ne s'applique pas aux curés au Québec», a-t-il insisté.

M. Legault demande au chef du gouvernement de se ressaisir et d'agir promptement afin de donner des «outils» aux élus municipaux aux prises avec des demandes de groupes religieux.

«On ne peut pas juste dire: c'est la job de la police, comme dit M. Couillard. M. Couillard se cache derrière la police, se cache derrière la liberté d'expression pour ne rien faire, pour laisser les radicaux faire ce qu'ils veulent, dire ce qu'ils veulent. À un moment donné, il faut mettre une limite», a-t-il argué.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer