Le Trésor met fin au gel d'embauche

Le ministre Martin Coiteux a confirmé que le... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le ministre Martin Coiteux a confirmé que le gel du recrutement cessera avec la fin de l'année budgétaire, le 31 mars. Cette mesure menaçait particulièrement les «occasionnels» de l'État.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Le Conseil du trésor met fin à la tutelle qu'il exerçait depuis un an sur les ministères et les organismes de la fonction publique, en matière d'embauche.

De passage au Soleil, en après-midi, le ministre Martin Coiteux a confirmé que le gel du recrutement cessera avec la fin de l'année budgétaire, le 31 mars. Cette mesure menaçait particulièrement les «occasionnels» de l'État.

Le président du Conseil du trésor a décrété cette directive le 24 avril, deux semaines après l'élection de Philippe Couillard. Il la justifie toujours par le fait que Philippe Couillard aurait hérité d'un déficit considérablement plus lourd qu'annoncé par le gouvernement du Parti québécois.

«Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas eu d'embauches» durant cette période, a souligné M. Coiteux. «Les ministères devaient motiver leurs demandes [d'embauche] de personnel.

«C'est sûr que cela freinait l'embauche, a-t-il convenu. Mais des demandes de dérogations [à la directive] ont été acceptées tout au long de l'année», a révélé le ministre. Il n'a pas été possible d'obtenir le nombre de postes exemptés.

Selon M. Coiteux, le nombre de fonctionnaires qui deviennent pensionnés de l'État a davantage contribué à la cible de réduction du personnel des ministères et des organismes. C'est aussi vrai pour l'année à venir.

«Les départs à la retraite sont largement suffisants» pour atteindre la réduction de 2 % des effectifs de la fonction publique. Il écarte d'ailleurs l'idée de proposer tout incitatif pour que les employés de l'État troquent leur chèque de paye pour une prestation de retraité.

Au sujet de l'abandon du gel, «à partir de là, on laisse les ministères gérer de façon beaucoup plus souple, a expliqué Martin Coiteux. Ils n'auront plus besoin de venir systématiquement [au Trésor] pour des dérogations.»

Pas une garantie

La levée de la politique ne met pas les employés occasionnels à l'abri de perdre leur travail, a répondu le politicien. «Il y en a toujours, même quand il n'y a pas de gel d'embauche, dont le contrat n'est pas renouvelé.»

Martin Coiteux a annoncé la fin de la directive sur le recrutement, hier midi, devant la Chambre de commerce de Montmagny. Il a profité de son passage pour mettre définitivement fin à la rumeur voulant qu'une prolongation du gel mette en péril 7000 postes d'occasionnels.

En entrevue, il a laissé tomber : «J'ai surtout vu des prévisions très exagérées sur le nombre de personnes qui pourraient perdre leur emploi.» Même avec la reconduction de la mesure, ce total n'aurait pas été atteint, a-t-il assuré.

La présidente du Syndicat de la fonction publique du Québec s'est réjouie avec modération de la décision annoncée par le président du Conseil du trésor. «C'est une bonne nouvelle, a commenté Lucie Martineau. Mais, avec ou sans gel d'embauche, ils [les occasionnels] n'ont toujours pas de permanence d'emploi.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer