Parti québécois: retour au jeu de base, dit Bédard

Stéphane Bédard a révélé que durant la prochaine... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Stéphane Bédard a révélé que durant la prochaine session parlementaire, le Parti québécois animera un débat spécifique portant sur «les avantages concrets» de la souveraineté du Québec.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Qui que soit son prochain chef, le Parti québécois devra revenir à son jeu de base et le rendre plus concret, croit Stéphane Bédard.

C'est vrai pour la souveraineté, mais aussi pour la social-démocratie, un modèle que le chef intérimaire veut promouvoir en insistant désormais sur les mots «réduction des inégalités».

Durant la prochaine session parlementaire, qui s'ouvrira le 10 février à l'Assemblée nationale, le Parti québécois animera un débat spécifique portant sur «les avantages concrets» de la souveraineté du Québec, confie Stéphane Bédard en entrevue avec Le Soleil.

Il le fera dans le cadre d'une séance appelée «interpellation» dans le jargon du Parlement québécois.

Ce ne sera pas le premier exercice du genre. Il y en a eu un l'automne dernier, mais c'est malgré tout une nouveauté pour le Parti québécois d'utiliser ce forum de l'«interpellation parlementaire» pour parler de souveraineté - et ce, «le plus concrètement possible», insiste le chef intérimaire.

En novembre dernier, dans ce qu'on croyait être une première qui demeurerait sans suite, Stéphane Bédard et son collègue Nicolas Marceau avaient tenu à indiquer que le Québec doit, dans le cadre fédéral actuel, se contenter d'exercer des pressions dans des dossiers comme ceux du péage sur le prochain pont Champlain ou du passage du pétrole de l'Alberta sur le Saint-Laurent.

Éviter les dédoublements

Le plus grand ménage que l'on pourrait entreprendre dans les dépenses de l'État québécois passe par «la fin des dédoublements» avec le palier fédéral, disaient-ils aussi. «On paie en double» dans 83 domaines, avait fulminé Nicolas Marceau.

«À l'échelle internationale, ceux qui réussissent le mieux sont des petits pays», avait glissé M. Bédard.

Le libéral Jean-Marc Fournier avait répliqué que le Parti québécois vit «au pays de la comète Tchouri».

À l'initiative du Parti québécois, un exercice parlementaire du même genre se tiendra donc au cours des prochaines semaines. Celui-ci est d'ailleurs en droite ligne avec une demande exprimée par les militants péquistes dans une enquête interne.

Les thèmes précis ne sont pas arrêtés, mais Stéphane Bédard songe à évoquer notamment le «désengagement du fédéral» dans le financement des soins de santé.

Le capital

Pendant la session à venir, le Parti québécois mettra aussi l'accent sur les familles et les régions du Québec. Il veut se faire le défenseur des unes et des autres. Tous les partis se disputent ce titre. Le PQ tient néanmoins à ce que l'on lui reconnaisse.

Pour exister, un parti politique a besoin d'électeurs. D'où la nécessité de faire parfois évoluer le vocabulaire pour qu'il continue à être bien ou mieux compris, analyse Stéphane Bédard.

La social-démocratie a beau «être au coeur de nos valeurs», ce qu'elle recoupe est peut-être devenu «trop théorique».

Voilà pourquoi, annonce-t-il, il parlera davantage «d'égalité des chances et de répartition de la richesse». Des réalités plus tangibles.

Stéphane Bédard conseille en passant à tous les dirigeants, politiques et autres, de se plonger dans l'ouvrage de l'économiste français - devenu superstar pour plusieurs- Thomas Piketty. Le capital au XXIe siècle porte sur le retour des inégalités dans nos sociétés.

Le chef intérimaire du Parti québécois se dit convaincu d'être en phase avec tous les candidats à la direction de sa formation politique. On l'imagine d'ailleurs mal s'avancer ainsi sans les avoir consultés d'une manière ou d'une autre ou sans s'en être ouvert à eux.

Le prochain chef du Parti québécois sera choisi au mois de mai.

Partager

À lire aussi

  • Gilbert Lavoie | Le PQ des villes...ou des régions?

    Chroniqueurs

    Le PQ des villes...ou des régions?

    Ce serait plutôt gênant, pour le Parti québécois, d'ignorer les régions dans les débats à venir entre les candidats à la succession de Pauline... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer