Le PQ espère un soulèvement contre «l'austérité libérale»

La quasi-totalité des députés péquistes s'est déplacée dans... (Photo La presse, Olivier Jean)

Agrandir

La quasi-totalité des députés péquistes s'est déplacée dans la circonscription de Richelieu pour encourager le candidat Sylvain Rochon (deuxième à gauche) en vue de l'élection complémentaire.

Photo La presse, Olivier Jean

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sorel-Tracy) Pour tourner la page sur une année difficile, le PQ espère que la circonscription de Richelieu «se soulève contre l'austérité libérale» lors de l'élection complémentaire à venir.

Devant quelque 250 militants, mardi, la quasi-totalité des députés péquistes s'est rassemblée autour de leur candidat Sylvain Rochon en vue de l'affrontement électoral qui approche.

«On est content effectivement que 2014 soit derrière nous, a commenté le chef intérimaire péquiste Stéphane Bédard. Souhaitons pour tous les Québécois que 2015 soit plus réjouissante qu'elle donne l'apparence de l'être» avec les politiques du gouvernement libéral. «Nous, on a tourné la page», a-t-il ajouté.

Mardi, pendant la journée, des députés péquistes responsables de différents dossiers ont rencontré des intervenants locaux de la Montérégie qui doivent composer avec les décisions du gouvernement Couillard : centres locaux de développement, regroupement de CPE, commission scolaire, etc. Leur discours : il est encore possible de faire reculer le gouvernement sur certains enjeux. Et l'élection complémentaire est l'occasion idéale pour passer un message.

«Château fort»

«C'est sûr que pour nous, la circonscription de Richelieu, c'est un château fort, où il y a des convictions profondes, a convenu le chef intérimaire. Mais pour le gouvernement libéral, c'est un test : est-ce que leur politique est bien reçue par la population? Ce sont eux qui sont testés actuellement.»

Il a dit souhaiter un déclenchement «le plus rapidement possible». L'élection complémentaire est rendue nécessaire par la démission de l'ex-ministre Élaine Zakaïb, moins de six mois après les élections générales du 7 avril. Elle voulait prendre part à la relance de la chaîne de magasins Jacob, qui a fait faillite trois semaines plus tard.

Le gouvernement libéral de Philippe Couillard a jusqu'à la fin mars pour déclencher l'élection complémentaire. Il a l'obligation de donner le coup de départ au plus tard six mois après la démission du député en place. Mme Zakaïb a annoncé son départ à la fin du mois de septembre.

Plusieurs s'attendent à ce que M. Couillard déclenche lors du Conseil des ministres suivant l'investiture libérale du 25 janvier.

Mardi, la Coalition avenir Québec (CAQ) a dévoilé son candidat en vue de l'élection. Le parti de François Legault mise à nouveau sur Jean-Bernard Émond, un entrepreneur de Sainte-Anne-de-Sorel. M. Émond a terminé bon deuxième en 2012, battu par Mme Zakaïb, lors de l'élection du gouvernement minoritaire de Pauline Marois. Autant en 2012 que lors du dernier scrutin, la CAQ a terminé derrière le PQ par quelque 3600 voix.

L'automne dernier, le PQ a choisi Sylvain Rochon, un ex-journaliste télé et radio qui a aussi été conseiller au cabinet de Mme Zakaïb. Au PLQ, trois candidats, Sylvain Dupuis, Nancy Sheridan et Benoît Théroux, sont sur les rangs pour l'investiture.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer