2015 sera une grosse année pour le Parti québécois

Une enquête d'opinion publiée à la mi-novembre dernier... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Une enquête d'opinion publiée à la mi-novembre dernier plaçait Pierre Karl Péladeau six points en avance sur le premier ministre Philippe Couillard.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Québec

Après une campagne électorale catastrophique qui a mené au plus cuisant revers de son histoire, le Parti québécois (PQ) s'engagera en début d'année dans une course à la direction où le candidat et actionnaire de contrôle de Québecor, Pierre Karl Péladeau, subira son premier grand test politique depuis son élection au printemps dernier.

Pauline Marois a plongé son parti dans une course à la succession en démissionnant, le soir de l'élection du 7 avril dernier, où le PQ est retourné dans l'opposition après seulement 18 mois de gouvernement minoritaire.

Avec seulement 25,4 % des votes, et 30 sièges à l'Assemblée nationale, le PQ a terminé derrière son score de 2007, lors de la pénible défaite de l'ex-chef péquiste André Boisclair, où le résultat final avait été de 28,4 % des votes.

Les péquistes avaient toutefois dû à se contenter du titre de deuxième groupe d'opposition, contrairement à cet année, où il a réussi à former l'opposition officielle, devant la CAQ qui, avec 22 sièges, a profité d'une remontée en fin de campagne.

Durant la campagne, l'annonce de la candidature de M. Péladeau et sa profession de foi souverainiste, le poing brandi, ont provoqué une onde de choc récupérée par les libéraux qui ont accusé le PQ de vouloir tenir un référendum dès son retour au pouvoir.

Mme Marois a terminé la campagne sur la défensive, après avoir donné des munitions à ses adversaires en évoquant spontanément, dans les jours suivant l'annonce du saut en politique de M. Péladeau, la question des frontières et de la monnaie dans un Québec souverain, alors qu'elle avait jusque-là relégué ces sujets à plus tard, avec le dépôt d'un livre blanc à venir.

Jusqu'ici, six candidats sont allés chercher un bulletin de candidature pour la course à la succession de Mme Marois, qui s'ouvrira officiellement au début du mois de février prochain, jusqu'au premier tour de l'élection prévu à la mi-mai.

Après avoir laissé planer le suspense pendant plusieurs semaines, M. Péladeau a annoncé son intention d'être candidat. Dans les sondages, M. Péladeau est en tête devant ses adversaires, auprès des sympathisants péquistes, suivi de loin par ses collègues députés Alexandre Cloutier et Bernard Drainville.

Une enquête d'opinion publiée à la mi-novembre dernier plaçait même M. Péladeau six points en avance sur le premier ministre Philippe Couillard, dans les intentions de vote, confirmant sa position de point focal dans la course.

La campagne qui se déroulera dans les prochains mois sera donc déterminante pour M. Péladeau, qui fait encore figure de néophyte avec une courte expérience en politique active.

Du secteur des affaires, où ses sujets d'interventions étaient plus limités et familiers, l'aspirant-chef doit maintenant s'exprimer sur une gamme d'enjeux beaucoup plus vaste, ce qui augmente les risques de déclarations embarrassantes.

M. Péladeau a notamment dû rectifier le tir après mis en doute la pertinence du Bloc québécois, ce qui l'avait placé sur la défensive, avec notamment trois de ses adversaires prêts à prendre fait et cause pour le parti fédéral souverainiste.

Favori dans la course, le député de Saint-Jérôme a également de fortes chances de devenir la cible des autres aspirants. Son collègue député et adversaire dans la course, Jean-François Lisée, a d'ailleurs été le premier à soulever les risques de conflit d'intérêts liés à Québecor.

Cette question a notamment donné des munitions aux libéraux, qui ont cependant promis de laisser ce débat aux militants d'ici le choix du prochain chef péquiste. Le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, veut cependant revenir à la charge, éventuellement avec une commission parlementaire.

Pour calmer le débat, M. Péladeau a promis de mettre ses actions de Québecor dans une fiducie sans droit de regard, s'il est élu chef, une exigence réservée seulement aux membres du conseil des ministres. Le député estime toutefois que ses droits seraient bafoués si les lois étaient changées pour le forcer à choisir entre la politique et l'entreprise familiale.

Après les questions soulevées par M. Lisée, Bernard Drainville s'est positionné comme le candidat qui ne se livrera pas à des attaques contre ses adversaires, se disant prêt à applaudir leurs bonnes idées. Selon l'entourage de M. Drainville, le candidat est le deuxième choix des partisans de M. Péladeau, ce qui expliquerait pourquoi dans les sondages il se retrouve en troisième position derrière M. Cloutier.

Encore handicapé par le débat divisif sur son projet de charte des valeurs, M. Drainville a promis de revenir en début d'année année avec une proposition plus consensuelle, ce qui devrait notamment forcer les autres candidats à prendre position.

À part M. Lisée, la députée Martine Ouellet a été jusqu'ici la seule à s'avancer sur des questions qui risquent de faire réagir M. Péladeau. Il y a quelques jours, Mme Ouellet a proposé la création d'un réseau régional d'information télévisé, alors que Québecor exploite le réseau TVA à travers le Québec.

Mme Ouellet a également mentionné qu'elle reviendra avec une proposition pour resserrer les dispositions anti-briseurs de grève, un sujet délicat pour M. Péladeau, qui, après des lock-outs dans les filiales de Québecor, a dénoncé la trop grande place des syndicats au Québec.

Le débat sur la démarche référendaire pourrait aussi forcer M. Péladeau à préciser ses intentions, restée floues jusqu'ici, comparativement aux autres candidats qui ont tous exposé leur plan.

Dans ses relations avec la presse, M. Péladeau sera également mis au défi. Le candidat a d'ailleurs exprimé son irritation, en novembre, lorsqu'un journaliste l'a appelé sur son cellulaire, une pratique pourtant courante.

Le contraste avec ses adversaires à la chefferie était plus frappant, en décembre, quand trois d'entre eux ont successivement convoqué la presse pour présenter leurs propositions, tandis que M. Péladeau privilégie les médias sociaux pour s'exprimer.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer