Offres salariales: le PQ et la CAQ discrets dans leur désapprobation

Pour Françoise David, Martin Coiteux (photo) et son... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Pour Françoise David, Martin Coiteux (photo) et son gouvernement font preuve «d'un grand manque de respect», un manque de respect qu'il faut interpréter «au féminin», a-t-elle ajouté.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Le PQ a réservé un accueil modéré aux offres du gouvernement à ses employés. La CAQ les trouve trop chiches. Québec solidaire les voit comme un «manque de respect» aux fonctionnaires, un manque de respect «au féminin», a précisé Françoise David.

Le Parti québécois, qui forme l'opposition officielle à l'Assemblée nationale, y est allé d'un commentaire réservé. Dans un échange de courriels, il s'est contenté d'indiquer «que nous leur demandons de négocier de bonne foi».

Le message s'adresse aux parties patronale et syndicale, a-t-on précisé. Le PQ avait tenu cette ligne lorsque le front commun a déposé ses demandes à l'automne.

Claude Surprenant, de la Coalition avenir Québec, a critiqué le fait que le gouvernement Couillard réclame un gel des salaires de deux ans «plutôt que de s'attaquer au nombre d'employés». Selon lui, 220 000 des 570 000 travailleurs de l'État «ne donnent pas de services directs à la population et travaillent dans les services administratifs».

La CAQ préconise «de profiter des départs à la retraite de ces employés administratifs pour abaisser leur nombre et réduire la taille des structures». La Coalition rappelle qu'elle a défendu un plan à cet égard pendant la campagne électorale : elle soutenait que les départs à la retraite permettaient d'envisager de couper 22 000 postes en quatre ans «sans que personne ne perde son emploi».

Claude Surprenant, l'élu qui représente la circonscription de Groulx, a souligné qu'une telle orientation permettrait de dégager 5 milliards $. Sa formation politique s'oppose au maintien de la rémunération au niveau actuel pendant deux ans. L'ajustement à la hausse devrait s'harmoniser à l'inflation, environ 2 %.

La CAQ prône cependant des relèvements plus substantiels pour certaines catégories d'emploi. M. Surprenant a donné l'exemple des ingénieurs et des informaticiens. Si les salaires ne sont pas plus compétitifs, l'État ne pourra retenir dans ses rangs ces professionnels.

Propositions «épouvantables»

La cochef de Québec solidaire, elle, a qualifié «d'épouvantables» les propositions gouvernementales. «Trois pour cent sur cinq ans, c'est en bas du coût de la vie [et] ça me scandalise profondément», a commenté Françoise David.

Pour la solidaire, représentant Gouin à l'Assemblée nationale, Martin Coiteux et son gouvernement font preuve «d'un grand manque de respect», un manque de respect qu'il faut interpréter «au féminin», a-t-elle ajouté.

Le gouvernement «s'attaque encore une fois aux milliers de femmes qui, dans les réseaux de la santé et de l'éducation entre autres, prennent soin de nos enfants et de nos parents. Depuis des années, on leur en demande toujours plus et aujourd'hui, on refuse de reconnaître leur apport inestimable au développement du Québec.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer